Mal­gré l’épi­dé­mie, cer­tains Ar­dé­chois ré­sistent en­core et tou­jours aux vac­cins

Dans un vil­lage d’Ar­dèche, six cas grou­pés de rou­geole ont été re­cen­sés cet été

20 Minutes (Nantes) - - Grand Nantes - De notre en­voyée spé­ciale à Ar­doix (Ar­dèche), Eli­sa Fri­sul­lo

Cet été, Ar­doix, un pai­sible vil­lage du nord de l’Ar­dèche, a fait par­ler de lui après l’ap­pa­ri­tion de six cas grou­pés de rou­geole (lire l’en­ca­dré). Les ma­lades n’étaient pas vac­ci­nés. Sauf que, pour lut­ter contre la ré­ap­pa­ri­tion de foyers épi­dé­miques, « le seul trai­te­ment ef­fi­cace exis­tant est la vac­ci­na­tion », in­siste l’agence ré­gio­nale de san­té (ARS) Au­vergne Rhône-Alpes. En France, la cou­ver­ture vac­ci­nale glo­bale est de 80 %, mais, dans cer­tains dé­par­te­ments, l’op­po­si­tion aux in­jec­tions pré­ven­tives est plus forte qu’ailleurs. Comme en Ar­dèche où la cou­ver­ture vac­ci­nale ne s’élève qu’à 71 %.

« Pas la seule ré­ponse »

« Je ne suis pas cer­taine que les vac­cins soient la seule ré­ponse à la ré­ap­pa­ri­tion de ces vieilles ma­la­dies », avance Aman­dine, une ma­man de 38 ans croi­sée à la sor­tie de l’école d’Ar­doix. A ses yeux, « l’hy­giène ali­men­taire et la pol­lu­tion en­vi­ron­ne­men­tale doivent jouer. Alors, en de­hors des trois vac­cins obli­ga­toires, je n’ai rien fait d’autre pour mon fils. » Sa mé­fiance vient prin­ci­pa­le­ment de sa crainte des ef­fets se­con­daires : « Pour cer­tains vac­cins, je ne sais pas si les consé­quences sur les tout-pe­tits sont vrai­ment me­su­rées. » Un sen­ti­ment que par­tage Na­tha­lie, plu­tôt contra­riée par l’en­trée en vi­gueur, au 1er jan­vier, des onze vac­cins obli­ga­toires pour les en­fants. « Avec trois vac­cins, c’était dé­jà suf­fi­sam­ment com­pli­qué de gé­rer les rap­pels, alors avec huit nou­veaux vac­cins… » Aman­dine, elle, peste contre le bien­fon­dé cette me­sure. « C’est pour sa­tis­faire le lob­by phar­ma­ceu­tique. A croire qu’ils ont des vac­cins à écou­ler. Mais fran­che­ment, l’Etat n’a pas à im­po­ser quoi que ce soit pour la san­té de nos en­fants. En tant que pa­rents, nous en sommes res­pon­sables. » Une op­po­si­tion que ne com­prend pas vrai­ment Ch­ris­tian. « C’est un phé­no­mène de mode d’être an­ti-vac­cins. On a tous été vac­ci­nés ga­mins et je le fais avec mes en­fants pour les pro­té­ger. Les gens font ce qu’ils veulent, tant que ce­la ne vient pas tou­cher mes pe­tits », pré­vient ce pa­pa de 37 ans. Pour évi­ter la sur­ve­nue d’autres cas de rou­geole, l’ARS compte pro­fi­ter de cette pé­riode de ren­trée sco­laire pour « rap­pe­ler aux fa­milles les re­com­man­da­tions vac­ci­nales et in­ci­ter ceux qui ne l’au­raient pas dé­jà fait à se faire vac­ci­ner ». Un mes­sage qui n’est vi­si­ble­ment pas en­core pas­sé à Ar­doix, où, à l’école, au­cune in­for­ma­tion sur le su­jet n’a en­core été trans­mise aux pa­rents.

En France, la cou­ver­ture vac­ci­nale glo­bale est de 80 %. Elle est de 71 % en Ar­dèche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.