Joue-la comme dans «Star Wars»

A l’oc­ca­sion du sa­lon Art to play, « 20 Mi­nutes » vous ini­tie à l’uni­vers du cos­play

20 Minutes (Nantes) - - Tendance - Thierry Web­ber Sa­lon Art to play, du 17 au 19 no­vembre, Parc des ex­po­si­tions de Nantes. Ta­rifs : 11 € pass jour­née, 19,80 € pass trois jours.

Croi­ser Chew­ba­ka, Dark Va­dor, ou un storm­troo­per, c’est pos­sible, et pas uni­que­ment sur la pla­nète Co­rus­cant. Sur Terre aus­si, les cos­players re­vêtent les cos­tumes de leurs per­son­nages pré­fé­rés de la sa­ga Star Wars. Avec la sortie pro­chaine de l’Epi­sode VIII, on peut s’at­tendre à ce qu’il y en ait plus en­core. Si les ré­cents films ont bien sûr ra­ni­mé la pas­sion, c’est aus­si toute la pra­tique du cos­play qui s’est dé­mo­cra­ti­sée. Pa­trice Gi­rod, spé­cia­liste de la sa­ga et au­teur de livres sur le su­jet, ne se cos­tume pas. Mais il se sou­vient très bien de l’évo­lu­tion de ce loi­sir. « Au mo­ment de la sortie de l’Epi­sode I en 1999, à l’avant-pre­mière au grand Rex, les pre­mières per­sonnes ar­ri­vaient dé­jà cos­tu­mées. En 15 ans, ce­la a pris une am­pleur as­sez dé­mente. Le cos­play est de­ve­nu une forme d’art », tout droit ve­nue des Etats-Unis. L’eth­no­logue Jean-Bap­tiste Clais, spé­cia­li­sé en culture po­pu­laire contem­po­raine, le confirme. Quand il évoque les conven­tions, il parle de « grand-messe du cos­play ». Se­lon lui, « la pra­tique s’est mas­si­fiée et le chan­ge­ment de re­gard de la so­cié­té à son égard est ra­di­cal. In­ter­net a ai­dé aus­si avec les tu­to­riels. Sur Youtube, on peut ap­prendre à coudre le cuir par exemple ».

L’iden­ti­fi­ca­tion prime

Il y a plu­sieurs fa­çons de pé­né­trer dans cet uni­vers : on aime se cos­tu­mer ou on aime Star Wars. D’après Pa­trice Gi­rod, l’un des cos­tumes le plus fré­quent est ce­lui de Ky­lo Ren, mé­chant tor­tu­ré du Ré­veil de la force.« Star Wars est un phé­no­mène très mas­cu­lin à la base. Mais on com­mence aus­si à voir des filles en Rey », du nom du per­son­nage fé­mi­nin prin­ci­pal du même opus. La rai­son est simple, pour Cal­lis­to John­son, membre du club de fans la 501e lé­gion : « Rey est in­dé­pen­dante et com­ba­tive. » Se­lon elle, c’est ce qui fait que « la nou­velle gé­né­ra­tion de pe­tites filles aime ce per­son­nage ». Cal­lis­to John­son pra­tique le cos­tu­ming, ver­sion of­fi­cielle du cos­play. « Nous sommes par­fois sol­li­ci­tés par Lu­cas film. Nous avons des cri­tères par­ti­cu­liers, pour res­sem­bler aux per­son­nages ou avoir des cos­tumes de très haute qua­li­té. » Mais au-de­là de l’ap­pa­rence, il est clair que l’iden­ti­fi­ca­tion au per­son­nage prime, comme avec Jyn Er­so, hé­roïne de Rogue One : A Star Wars sto­ry. « Tout le monde a une part de Jyn Er­so en soi. »

Le Co­mic Con in­ter­na­tio­nal de San Die­go (Ca­li­for­nie) réunit les cos­players.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.