« Par­cour­sup fait mieux que nos pré­vi­sions»

Orien­ta­tion La mi­nistre de l’En­sei­gne­ment su­pé­rieur Fré­dé­rique Vi­dal fait un pre­mier bi­lan sur Par­cour­sup

20 Minutes (Nantes) - - News -

Le coup d’en­voi du bac, ce lun­di, cor­res­pond à la sus­pen­sion pen­dant une se­maine de la pro­cé­dure d’ad­mis­sion dans le su­pé­rieur, via Par­cour­sup. L’oc­ca­sion de re­ve­nir, avec la mi­nistre de l’En­sei­gne­ment su­pé­rieur, Fré­dé­rique Vi­dal, sur le pro­ces­sus d’orien­ta­tion des ly­céens.

A ce jour, com­bien de can­di­dats n’ont pas en­core re­çu de pro­po­si­tion sur Par­cour­surp ?

Ils sont 130 000 sur les 812 000 ins­crits sur la pla­te­forme. Pa­ral­lè­le­ment, 638000 ont re­çu au moins une pro­po­si­tion. Et 43 % des ins­crits ont dé­jà ac­cep­té dé­fi­ni­ti­ve­ment une pro­po­si­tion.

Est-ce un pro­grès par rap­port à la pro­cé­dure APB à la même époque l’an der­nier ?

Oui, parce que 80 % can­di­dats ont re­çu en moyenne trois pro­po­si­tions, alors qu’ils étaient 80% à n’avoir re­çu qu’une pro­po­si­tion l’an pas­sé à la même époque. C’est au-des­sus de nos pré­vi­sions, car nous avions pré­vu que les deux tiers (66%) au­raient au moins une pro­po­si­tion avant le bac.

Com­bien d’étu­diants ont sai­si les commissions d’ac­cès à l’en­sei­gne­ment su­pé­rieur ?

Pour l’ins­tant, en­vi­ron 7 000, ce qui montre que ce sys­tème ré­pond à un be­soin et fonc­tionne. Ces jeunes n’avaient de­man­dé que des fi­lières sé­lec­tives.

Cette an­née, jus­te­ment, les fi­lières sé­lec­tives ont été par­ti­cu­liè­re­ment de­man­dées. Cer­tains can­di­dats ayant sou­hai­té ex­clu­si­ve­ment ce type de for­ma­tion sont res­tés sur le car­reau. N’est-ce pas le signe d’un manque de places, no­tam­ment en BTS et DUT ?

Nous sommes en train de faire un bi­lan pour sa­voir s’il ne faut pas ajou­ter en­core des places dans ces fi­lières. Tou­te­fois, l’an der­nier, en sep­tembre, il res­tait 4 000 places en BTS. D’où l’idée de pro­po­ser cette an­née une aide à la mo­bi­li­té aux étu­diants afin qu’ils puissent, par exemple, pos­tu­ler dans un BTS éloi­gné de chez eux.

Avec Par­cour­sup, on constate que cer­taines uni­ver­si­tés sont très de­man­dées, et d’autres non...

Cette an­née, les ly­céens peuvent faire des de­mandes en de­hors de leur aca­dé­mie. Mais le nombre d’ad­mis est li­mi­té, car nous de­vons veiller, par exemple, à ce qu’un ly­céen pa­ri­sien puisse s’ins­crire près de chez lui.

Par­cour­sup fa­vo­rise-t-il les ly­céens de centre-ville ayant un dos­sier moyen au dé­tri­ment de ceux de ban­lieue qui ont un meilleur dos­sier ?

Par­cour­sup ne peut pas être le bouc émis­saire de tous les com­bats po­li­tiques. L’an der­nier, en fin de pro­ces­sus APB, seule­ment 20% des jeunes de Cré­teil ou Ver­sailles pou­vaient étu­dier à Pa­ris; cette an­née, on en est dé­jà à plus de 30 %. C’est donc un res­sen­ti dé­men­ti par les chiffres. Pro­pos re­cueillis par Del­phine Ban­caud

« 80 % des can­di­dats ont re­çu en moyenne trois pro­po­si­tions. »

« Par­cour­sup est au-des­sus de nos pré­vi­sions », se fé­li­cite la mi­nistre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.