Des perfs avec deux greffes

Un Azu­réen en­chaîne tri­ath­lons et re­cords avec de nou­veaux reins

20 Minutes (Nice) - - Nice - Cannes Sports - Ma­thilde Fré­nois Plus d’in­fos sur www.mon­tagnes-des­poir.com

Em­ma­nuel Gas­taud est un re­cord­man. A 36 ans, il est le pre­mier gref­fé à gra­vir le mont Blanc en ski de ran­don­née. De­puis ce jour de mai 2017, l’Azu­réen en­chaîne les tri­ath­lons : le week-end der­nier, il pre­nait le dé­part du Na­tu­re­man Var et ses 2 km de na­ta­tion, 92 de vé­lo et 20 à pied. En novembre, il s’élan­ce­ra dans le trail des Baous et ses 2 000 m de dé­ni­ve­lé po­si­tif. Une ma­nière pour lui de « re­vivre » et de faire la pro­mo­tion du don d’or­ganes, dont la jour­née mon­diale est or­ga­ni­sée le 17 oc­tobre.

« Une re­nais­sance »

C’est qu’Em­ma­nuel Gas­taud a été gref­fé à deux re­prises. « J’ai eu un pro­blème à la nais­sance : un rein a été tou­ché, l’autre à moi­tié », se sou­vien­til. Après avoir vé­cu jus­qu’à l’ado­les­cence avec un seul or­gane, il est trans­plan­té une pre­mière fois à 17 ans. « Il y a une du­rée de vie à la greffe. Au bout de dix ans, je suis re­tour­né en dia­lyse. Ça a du­ré quatre ans, jus­qu’à re­ce­voir un deuxième rein, à 31 ans. » Au­jourd’hui, Em­ma­nuel Gas­taud est li­cen­cié à l’US Cagnes Triath­lon et s’en­traîne plu­sieurs fois par se­maine. « J’ai re­pris le sport après la greffe, c’était une re­nais­sance. On se sent tout de suite beau­coup mieux. On re­vit, ex­plique ce­lui qui par­tage ses ex­ploits sur son blog Mon­tagnes d’es­poir. Mais je m’im­pose une règle : ne ja­mais al­ler au-de­là de ce qu’on peut faire, au risque d’abî­mer ses or­ganes. » Avec ses per­for­mances phy­siques, Em­ma­nuel Gas­taud a fé­dé­ré une com­mu­nau­té à qui il tente de dé­mon­trer que « faire du sport, c’est aus­si pos­sible quand on est dia­ly­sés ou gref­fés. »

Pour réa­li­ser ses ex­ploits, Em­ma­nuel Gas­taud s’en­traîne quo­ti­dien­ne­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.