Quoi de neuf du cô­té des food trucks ?

20 Minutes (Paris) - - Evénement - Ch­ris­tine Lud­wig

«Les food trucks ne sont pas juste des ca­mions à bur­gers, ex­plique Kris­tin Fre­de­rick, fon­da­trice du Ca­mion qui fume. C’est ce que j’ai choi­si de ser­vir à mes clients parce que je suis amé­ri­caine. » Re­cettes afri­caines, em­pa­na­das… A chaque ré­gion du monde son food truck. « L’es­sen­tiel est d’être prêt à tra­vailler 90 heures par se­maine, dans le ca­mion ou au té­lé­phone pour dé­mar­cher et trou­ver un em­pla­ce­ment », pour­sui­telle en riant. S’ils se mul­ti­plient comme des pe­tits pains, tous ne réus­sissent pas leur pa­ri. « Chaque an­née, le parc de food trucks est re­nou­ve­lé de moi­tié », constate Quen­tin Mi­ran­di, créa­teur du mo­teur de re­cherche Track the Truck. Le suc­cès du tri­por­teur Cet été, at­ten­dez-vous à voir des vé­los sur­mon­tés d’un « abri res­tau­rant », les tri­por­teurs. Se­lon Quen­tin Mi­ran­di, « la carte est ré­duite puisque le vé­hi­cule trans­porte moins de pro­duits que le food truck, vé­ri­table cuisine mo­bile. Mais il a l’avan­tage d’être plus propre et d’avoir une bonne image au­près des clients ». Les tri­por­teurs pro­posent en gé­né­ral crêpes et sa­lades, et sont conduits grâce au vé­lo du ser­veur qui s’abrite sous un pa­ra­sol ou un auvent in­té­gré au vé­hi­cule.

Le food truck en dur

« J’ai eu un peu de mal quand j’ai dé­mar­ré en 2011 mais au­jourd’hui, ça va. » Kris­ten Fre­de­rick pos­sède dé­sor­mais trois vé­hi­cules. Elle a en­suite créé un res­tau­rant en dur en 2016. « En de­hors du Ca­mion qui fume, Can­tine Ca­li­for­nia a aus­si ou­vert son res­to. Les pro­duits sont de qua­li­té, les ca­mions beaux et propres. C’est pour ça que ça marche », sou­ligne Quen­tin Mi­ran­di.

Moule Walker et ses moules-frites.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.