Lyon ne mord pas de la même fa­çon

L’OL pré­fère s’en prendre au PSG qu’à Mo­na­co, qu’il af­fronte ce ven­dre­di (20 h 45)

20 Minutes (Paris) - - Sports - A Lyon, Jé­ré­my Lau­gier

De fé­roces rivalités sont dé­jà nées pour moins que ça. Le 18 dé­cembre 2016, le suc­cès lyon­nais (1-3) à Louis-II avait été mar­qué par des pé­tages de plomb de Men­dy sur To­lis­so, de Su­ba­sic et Glik sur Val­bue­na, puis par une sor­tie mé­dia­tique aus­si rare que tran­chante de Va­dim Va­si­lyev. « Je vais dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas : l’OL est fa­vo­ri­sé par l’ar­bi­trage », lâ­chait le vice-pré­sident de l’AS Mo­na­co. Dix mois plus tard, ce choc de Ligue 1, qui a lieu ce ven­dre­di (20 h 45) dans le Rhône, s’an­nonce pour­tant sans vé­ri­table ani­mo­si­té. « Mo­na­co est calme » Pour­quoi le club lyon­nais et son pré­sident mettent-ils au­tant d’énergie à ta­cler le PSG de­puis de longs mois, alors que l’éven­tuelle lutte pour la deuxième place de­vrait sans doute se jouer avec l’ASM ? « Le pré­sident Au­las com­bat de ma­nière abrupte, mais co­hé­rente, un fonc­tion­ne­ment de club à Pa­ris, in­dique l’an­cien at­ta­quant lyon­nais Sid­ney Go­vou. Avec Mo­na­co, la donne est dif­fé­rente. Tout est tou­jours re­la­ti­ve­ment calme là-bas, la tour­nure des évé­ne­ments contre Lyon l’an pas­sé m’avait donc sur­pris. » Au­cune po­lé­mique n’avait d’ailleurs écla­té lors du match re­tour, rem­por­té par les Mo­né­gasques (1-2). En juillet, Au­las a tout de même poin­té les fa­meux « avan­tages fis­caux » de l’ASM. « S’il es­ti­mait que ce com­bat va­lait vrai­ment le coup, il en par­le­rait tous les jours, croyez­moi », sou­rit Sid­ney Go­vou. « Les Pa­ri­siens sont tel­le­ment dans une autre sphère que ça ne m’étonne pas de voir des clubs les at­ta­quer ain­si, es­time Fré­dé­ric Pi­quionne, ex-joueur de Mo­na­co puis de l’OL. Ils de­vraient même unir leurs forces pour em­bê­ter au maxi­mum le PSG. » Pour Go­vou, Lyon fait sur­tout fausse route en se cher­chant une ri­va­li­té : « Per­sonne ne peut lut­ter contre Pa­ris, concen­trons-nous dé­jà sur nous-mêmes. Au­jourd’hui, Lyon est hui­tième et il y a du monde de­vant en Ligue 1. On ne peut pas perdre au­tant de joueurs et at­ta­quer la sai­son en an­non­çant vou­loir ga­gner la Ligue Eu­ro­pa et fi­nir deuxièmes en cham­pion­nat. »

Le match élec­trique de dé­cembre 2016 ne semble qu’un loin­tain sou­ve­nir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.