Ça dé­borde !

L’in­dus­triel, les dis­tri­bu­teurs et l’Etat sont poin­tés du doigt dans le scan­dale du lait in­fan­tile conta­mi­né. Des me­sures sont at­ten­dues pour évi­ter d’autres crises sa­ni­taires.

20 Minutes (Paris) - - Grand Paris - Ni­co­las Raf­fin

L e feuille­ton Lac­ta­lis conti­nue. Jeu­di, le mi­nistre de l’Eco­no­mie, Bru­no Le Maire, a du­re­ment ta­clé le géant agroa­li­men­taire, qua­li­fié d’« en­tre­prise dé­faillante » après sa ges­tion de la crise des laits in­fan­tiles conta­mi­nés aux sal­mo­nelles. Les dis­tri­bu­teurs n’ont pas été épar­gnés non plus, nombre d’entre eux ayant conti­nué à vendre des pro­duits in­cri­mi­nés. Pour le pré­sident de l’as­so­cia­tion de consom­ma­teurs CLCV, Jean-Yves Ma­no, le scan­dale doit pous­ser tous les ac­teurs de la fi­lière à se re­mettre en ques­tion.

Qui porte la res­pon­sa­bi­li­té de cette vente de pro­duits conta­mi­nés ?

Le prin­ci­pal res­pon­sable, c’est quand même Lac­ta­lis (lire l’en­ca­dré), qui a conti­nué à en­voyer des lots po­ten­tiel­le­ment à risques en dé­cembre. Elle a une res­pon­sa­bi­li­té ma­jeure, d’au­tant plus qu’ils avaient dé­tec­té, fin août dans l’usine de Craon [Mayenne], de la sal­mo­nelle [sur des car­re­lages et du ma­té­riel de net­toyage].

Les dis­tri­bu­teurs ne doivent-ils pas eux aus­si se re­mettre en ques­tion ?

J’en­tends dire qu’on met en rayon des pro­duits sans contrôle, mais la res­pon­sa­bi­li­té du di­rec­teur de ma­ga­sin, c’est d’en par­ler à ses équipes. L’ap­pli­ca­tion des dé­ci­sions de re­traits a été dé­faillante dans plu­sieurs su­per­mar­chés qui ap­par­tiennent à des groupes dif­fé­rents, ce qui montre que le pro­blème est glo­bal. Pour y re­mé­dier, des pro­to­coles de­vraient être éla­bo­rés en lien avec l’Etat pour qu’il y ait des pro­tec­tions sa­ni­taires qui soient prises immédiatement. Par exemple, on pour­rait sys­té­ma­ti­ser l’af­fi­chage des pro­duits re­ti­rés à l’en­trée des ma­ga­sins et en rayon.

Bru­no Le Maire a an­non­cé 2 500 con­trôles de la ré­pres­sion des fraudes dès la se­maine pro­chaine…

Je doute que le per­son­nel soit suf­fi­sant pour me­ner tous ces con­trôles. Quand on parle de sé­cu­ri­té sa­ni­taire, c’est là que l’on s’aper­çoit que les fonc­tion­naires sont utiles. L’ad­mi­nis­tra­tion doit aus­si ré­flé­chir sur la ma­nière de mieux in­for­mer les consom­ma­teurs : au­jourd’hui, il n’existe au­cune cen­tra­li­sa­tion des in­for­ma­tions sur les pro­duits re­ti­rés en France. Les don­nées sont épar­pillées sur plu­sieurs sites.

Une em­ployée de ma­ga­sin pro­cède au re­trait des pro­duits in­cri­mi­nés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.