Le cas Ju­lien Ory pour­rait être fa­tal à Ber­nard La­porte

Le pré­sident de la FFR est en dan­ger

20 Minutes (Paris) - - Grand Paris - Ju­lien La­loye

Pour ceux qui pensent que le mé­lange des genres avec Mo­hed Al­trad fe­ra ex­plo­ser la nou­velle gou­ver­nance de la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de rugby, il n’y au­ra peut-être pas à at­tendre si long­temps. En at­ten­dant que la jus­tice se pro­nonce sur les soup­çons de fa­vo­ri­tisme dont au­rait fait preuve Ber­nard La­porte à l’égard du mé­cène de Mont­pel­lier, l’ex-mi­nistre a vu res­sur­gir un autre nom du pla­card. Ce­lui de Ju­lien Ory (21 ans), jeune es­poir tou­lon­nais très proche du grand pa­tron du rugby fran­çais.

« On sa­vait qu’Ory fai­sait par­tie d’un cercle proche de La­porte. » Ré­my Thi­mo­thée

La der­nière en date ? La pré­sence in­sis­tante, re­le­vée par L’Equipe, d’une BMW ap­par­te­nant à la flotte fé­dé­rale, sur le par­king tou­lon­nais les jours d’en­traî­ne­ment des Es­poirs. Une BMW à l’usage ré­ser­vé à l’en­ca­dre­ment des équipes de France et aux membres de la FFR. A Toulon, les ha­bi­tués pré­tendent être tom­bés des nues. Sol­li­ci­té, Mou­rad Boud­jel­lal, le pré­sident du RCT, n’a pas sou­hai­té ré­agir. « Je ne crois pas qu’il y ait ma­tière à polémique, juge Serge Od­do, du club des sup­por­ters des Bulls. Si La­porte veut ai­der un Es­poir, il a le droit. » Pour Ory, ça fait dé­jà deux fois. Sou­ve­nez-vous, c’était le même joueur qui, en avril, avait usé de ses bonnes re­la­tions avec le pré­sident de la FFR pour dis­pu­ter un match de phase fi­nale avec l’équipe ré­serve de La-Sey­ne­sur-Mer (Var), une af­faire ré­vé­lée par le JDD. « J’avais joué toute la sai­son avec La Seyne, grâce au sys­tème de double li­cence, qui per­met d’al­ler jouer dans la ré­serve d’un autre club quand on manque de temps de jeu avec les Es­poirs de Toulon », ex­plique Thi­bault La­vergne, qui a bé­né­fi­cié du même ré­gime que Ju­lien Ory. Plu­sieurs joueurs connais­saient donc sa proxi­mi­té avec Ber­nard La­porte. « On le cham­brait quel­que­fois avec ça, ad­met Ré­my Thi­mo­thée, trois-quart aile à La Seyne l’an pas­sé. On sa­vait qu’il fai­sait par­tie d’un cercle proche de Ber­nard. D’ailleurs, ce jour-là, je crois que c’est le club qui lui a de­man­dé de l’ap­pe­ler. » C’était la der­nière fois que Ju­lien Ory a por­té le maillot de La Seyne et il n’a plus eu l’oc­ca­sion d’in­vi­ter ses co­équi­piers à par­ta­ger un pou­let au pied de son ca­mion de vente à em­por­ter. Là en­core, Ber­nard La­porte n’est pas bien loin. C’est l’ex-coach de Toulon qui a fon­dé l’en­tre­prise de res­tau­ra­tion Ju­ber SA (pour « Ju­lien et Ber­nard ») et pla­cé son ami Ju­lien Ory au poste de di­rec­teur gé­né­ral.

La­porte au­rait prê­té un vé­hi­cule de la fé­dé à son as­so­cié dans les af­faires.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.