Yu­val Noah Ha­ra­ri pré­dit la vic­toire de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle sur l’homme

Dans « Ho­mo deus », l’his­to­rien is­raé­lien ima­gine la fin de l’es­pèce hu­maine

20 Minutes (Rennes) - - Grand Rennes - Laure Beau­don­net

Yu­val Noah Ha­ra­ri n’est pas un his­to­rien comme les autres. Quand cet Is­raé­lien sort un livre dans le rayon sciences hu­maines, il en fait un phé­no­mène de so­cié­té. Après sa fresque his­to­rique Sa­piens, pa­rue en 2015, Ho­mo deus, une brève his­toire de l’ave­nir (Albin Mi­chel) s’ar­rache en li­brai­rie, avec 106 000 exem­plaires ven­dus en quatre se­maines. His­to­rien vi­sion­naire, gou­rou des temps mo­dernes ou vul­ga­ri­sa­teur ha­bile ? Peut-être un peu de tout ça. On a dis­cu­té avec trois de ses fi­dèles pour ten­ter de com­prendre le suc­cès ful­gu­rant de Yu­val Noah Ha­ra­ri et la por­tée de ses écrits. « C’est un vrai phé­no­mène lit­té­raire, les gens se sont mis à ra­che­ter son pre­mier livre, Sa­piens, s’en­thou­siasme Oli­vier Gal­lais, 37 ans, qui tra­vaille pour La Li­brai­rie idéale à Pa­ris. C’est rare de voir de telles ventes pour des ou­vrages d’his­toire. » Le li­braire s’étonne de l’am­pleur de l’en­goue­ment pour ces deux oeuvres, mais il ne cache pas sa propre fas­ci­na­tion pour l’au­teur. Ho­mo deus réus­sit le dif­fi­cile exer­cice de s’adres­ser au plus grand nombre sans sa­cri­fier le conte­nu scien­ti­fique. « Il est l’un des rares in­tel­lec­tuels à sou­le­ver des pro­blé­ma­tiques cen­trales, au­jourd’hui. Dans cent ans, on par­le­ra de la Si­li­con Val­ley dans les livres d’his­toire, j’en suis cer­tain », lance Ar­naud Var­nier, 30 ans, en­tre­pre­neur di­gi­tal. « Il capte très bien les en­jeux du monde d’au­jourd’hui et les évo­lu­tions de la pen­sée », ob­serve de son cô­té Louis Fi­chet, re­trai­té de 70 ans, qui n’est tou­te­fois pas « tout à fait ac­quis à l’image du fu­tur dé­crite dans le livre ».

« Dé­jà dé­vots du da­taïsme »

De quoi est-il ques­tion dans ce best­sel­ler ? Yu­val Noah Ha­ra­ri dé­gage deux scé­na­rios flip­pants. Dans le pre­mier, les tech­no­lo­gies et la bio-in­gé­nie­rie creusent les in­éga­li­tés entre une classe de sur­hommes aux ca­pa­ci­tés aug­men­tées et le reste de l’hu­ma­ni­té, la caste des in­utiles. La deuxième hy­po­thèse, en­core plus ca­tas­tro­phiste, ima­gine l’avè­ne­ment d’une nou­velle re­li­gion ap­pe­lée le « da­taïsme » qui signe la fin de l’es­pèce hu­maine pour lais­ser sa place aux in­tel­li­gences ar­ti­fi­cielles. « C’est une re­li­gion qui ne dit pas son nom. Dans la so­cié­té oc­ci­den­tale, beau­coup de re­li­gieux ne s’en rendent pas compte. Nous sommes dé­jà dé­vots au da­taïsme », ana­lyse Ar­naud Var­nier, qui met en garde contre le risque de perdre nos fa­cul­tés. Pour ce jeune en­tre­pre­neur, Yu­val Noah Ha­ra­ri est « ins­pi­rant », mais il n’ima­gine pas notre es­pèce dis­pa­raître. « Il ne faut pas sous-es­ti­mer la ca­pa­ci­té de l’homme à se ré­in­ven­ter. » La Si­li­con Val­ley compte dé­jà ses gou­rous et ses dis­ciples. Nous pour­rions bien­tôt être contrô­lés par les ou­tils que nous au­rons nous-mêmes créés. « Ecou­tez les al­go­rithmes! Ils connaissent vos sen­ti­ments. » Yu­val Noah Ha­ra­ri force le trait pour nous mettre en garde. Et pour le­ver vos der­niers doutes face au da­taïsme, sa­vez­vous que l’al­go­rithme d’Ama­zon sait dé­jà quel livre vous al­lez ache­ter? Bonne lec­ture !

« Il capte très bien les en­jeux du monde et les évo­lu­tions de la pen­sée. »

Louis Fi­chet, un lec­teur

L’écri­vain dé­gage deux scé­na­rios pour le monde de de­main, dont l’émer­gence d’une re­li­gion qui signe le triomphe des in­tel­li­gences ar­ti­fi­cielles sur l’homme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.