La so­li­da­ri­té toutes voiles de­hors

Les Ate­liers du vent ac­cueillent les Ren­contres de l’éco­no­mie so­ciale et so­li­daire

20 Minutes (Rennes) - - MAGAZINE - Thier­ry We­ber

So­li­daire n’est pas qu’un mot aux Ate­liers du vent. Les lo­caux gi­gan­tesques de cette as­so­cia­tion sont si­tués rue Alexandre-Du­val, à Rennes, et offrent un lieu de vie aus­si bien à des ar­tistes, pour qu’ils créent à l’en­vi, qu’aux Ren­nais qui sou­haitent s’y rendre pour voir des oeuvres ou boire un verre. Entre son mode de fonc­tion­ne­ment et son concept fon­da­teur, l’as­so­cia­tion re­pose sur les pi­liers de l’éco­no­mie so­ciale et so­li­daire (ESS). Elle ac­cueille d’ailleurs les 10 et 11 no­vembre les Ren­contres de l’ESS pour faire dé­cou­vrir ses prin­cipes au grand pu­blic. Le pre­mier d’entre eux ? L’ab­sence de bé­né­fice. « On n’est pas là pour faire du pro­fit, af­firme Sté­phane Gui­ral, co­or­di­na­teur de l’as­so­cia­tion. Ce qui nous in­té­resse, c’est de créer de l’ac­ti­vi­té de ma­nière équi­li­brée, à tout point de vue – au ni­veau mo­né­taire, mais aus­si hu­main –, de ne pas re­pro­duire des in­jus­tices. »

Ce­la tombe bien, c’est aus­si le pre­mier point évo­qué par Hugues Si­bille, pré­sident du La­bo de l’ESS : « Etre dans l’ESS, c’est être non lu­cra­tif. A la fin de l’an­née si vous avez des ex­cé­dents, vous de­vez les lais­ser dans l’as­so­cia­tion. »

Un autre pré­cepte de l’éco­no­mie so­ciale et so­li­daire, se­lon lui, est «la gou­ver­nance dé­mo­cra­tique, se­lon le prin­cipe “une per­sonne égale une voix” ». Un concept ap­pli­qué à la lettre aux Ate­liers du vent. «Quelques mois après votre adhé­sion, vous pou­vez de­ve­nir membres du bu­reau ou de beau­coup d‘autres ins­tances. Il est pos­sible de prendre part à des pro­jets, de les construire, in­siste Sté­phane Gui­ral. C’est une des pièces maî­tresses de la pos­ture de l’as­so­cia­tion : la démocratie, pas seule­ment dans la gou­ver­nance, mais aus­si dans la concep­tion et la réa­li­sa­tion des pro­jets. »

Tis­ser des liens

« Au-de­là de la créa­tion ar­tis­tique avec des moyens mu­tua­li­sés et de la dif­fu­sion des oeuvres, notre but est d’être en lien avec le quar­tier et les per­sonnes qui l’ha­bitent, ex­plique le co­or­di­na­teur de l’as­so­cia­tion. Par exemple, on a ou­vert un bar d’été, qui était un pré­texte à la ren­contre où pou­vaient se tis­ser des pro­jets. La ren­contre hu­maine est au bout de chaque ligne des pro­jets as­so­cia­tifs». Tous ces élé­ments re­joignent aus­si un autre as­pect de l’ESS. Hugues Si­bille parle de «l’uti­li­té so­ciale» in­hé­rente à l’éco­no­mie so­ciale et so­li­daire. Pour le di­rec­teur du la­bo de l’ESS, «le mot “so­cial” est à prendre dans le sens de “so­cia­li­ser” et le mot “so­li­daire” rap­proche des ex­clus, des gens en dif­fi­cul­té». Les Ate­liers du vent s’ins­crivent par­fai­te­ment là-de­dans, à pri­vi­lé­gier le lien so­cial plu­tôt que le cor­don de la bourse.

« On n’est pas là pour faire du pro­fit.» Sté­phane Gui­ral, co­or­di­na­teur

L’éco­no­mie so­ciale et so­li­daire mise sur le col­lec­tif et le lien so­cial.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.