Ces pe­tites as­tuces pour re­con­naître les cou­reurs à la té­lé

20 Minutes (Strasbourg) - - LA UNE - Ju­lien La­loye

De­puis quelques jours, les maillots de la Sky font par­ler. La faute au Vor­tex, cet ajout aé­ro­dy­na­mique qui au­rait don­né à Thomas ou Froome un avan­tage dans le pro­logue. Il y a pour­tant ma­tière à s’en­thou­sias­mer pour les nou­veaux équi­pe­ments de la Sky : c’est en ef­fet la pre­mière fois qu’une équipe en­ga­gée sur le Tour per­met de dif­fé­ren­cier ses cou­reurs grâce à leur nom ins­crit au dos de leur maillot. Une pe­tite ré­vo­lu­tion dans le vé­lo, même si l’équipe IAM avait ten­té sa chance en 2015, avant de se faire re­to­quer par l’Union cy­cliste in­ter­na­tio­nale (UCI), qui a fi­ni par faire évo­luer son rè­gle­ment.

« Ça ne chan­ge­ra rien »

« La nou­velle te­nue a été va­li­dée par tous les or­ga­nismes com­pé­tents, confirme la Sky à 20 Mi­nutes. Ce­la per­met aux fans de re­con­naître chaque membre de l’équipe plus fa­ci­le­ment. » Car le pro­blème est bien là. Dans le pe­lo­ton, dif­fi­cile d’iden­ti­fier les cou­reurs. Avant le port des casques obli­ga­toires, on s’en sor­tait va­gue­ment : le crâne de Pan­ta­ni, les che­veux roux d’Ull­rich… Le monde du vé­lo était d’une sim­pli­ci­té ré­con­for­tante. Au­jourd’hui, c’est une ga­lère sans fin de mettre un nom sur un casque blanc par­mi d’autres casques blancs. Grâce à la Sky, voi­là que les re­pé­rages de­viennent plus fa­ciles. « C’est vrai que, dans le feu de l’ac­tion, on met par­fois un peu de temps à sa­voir quelle roue on a pris, en ri­gole Rein Taa­ramäe, l’ex de la Co­fi­dis. Là, avec le nom, je pour­rais sa­voir di­rect si j’au­rais dû choi­sir un mec avec des meilleures jambes. » Cé­dric Vas­seur, qui suit l’épreuve sur la mo­to pour France TV, est plus cir­cons­pect : « Même si tous les mecs avaient leur nom sur le maillot, ça ne chan­ge­rait rien. Je me ré­fère au dos­sard pour sa­voir qui j’ai de­vant moi. » Si cette nou­veau­té de la Sky reste pré­cieuse, pour les té­lé­spec­ta­teurs, ce­la de­meure com­pli­qué de dif­fé­ren­cier les cou­reurs. La faute à la po­si­tion des cou­reurs, sou­vent voû­tés, ou aux plans très loin­tains ef­fec­tués par les hé­li­co­ptères.

Au dos du maillot, Thomas (en jaune) et ses co­équi­piers ont leur nom ins­crit.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.