La li­te­rie, ce n’est pas la lo­te­rie

SAN­TÉ Matelas, oreillers, som­mier... Les conseils des ex­perts pour vous ai­der à faire votre choix

20 Minutes (Strasbourg) - - PRATIQUE - Fabien Fal­cou

Bien conçue, elle vous per­met de vous ré­veiller au top. Trop vieille ou peu adap­tée, elle peut trans­for­mer vos nuits en cau­che­mars. Par­tie es­sen­tielle du mo­bi­lier, la li­te­rie joue un rôle, sou­vent né­gli­gé, dans notre san­té. Pour vous évi­ter bâille­ments in­tem­pes­tifs et maux de dos, sui­vez ces quelques conseils d’ex­perts.

Un matelas ni trop ferme, ni trop mou Le choix de votre matelas est dé­ter­mi­nant dans le main­tien de la co­lonne ver­té­brale. Ce­lui-ci va­rie­ra se­lon le type de matelas choi­si. « Il ne faut pas avoir que le prix en tête. On choi­si­ra de pré­fé­rence une âme [la com­po­si­tion du coeur du matelas] as­sez ferme, avec une couche d’ac­cueil qui fasse que le corps se re­pose bien », ex­plique Gé­rard De­lautre, pré­sident de l’As­so­cia­tion pour la pro­mo­tion de la li­te­rie (APL). A chaque mor­pho­lo­gie la fa­bri­ca­tion qui lui convien­dra : la­tex, res­sorts (de pré­fé­rence des « res­sorts en sa­chets », conseille Gé­rard De­lautre), mousse de po­ly­éther (« avec une densité de 35 kg/m3 mi­ni­mum, pour une bonne du­ra­bi­li­té »). Sur­tout, quel que soit le choix fi­nal, on es­saie son fu­tur matelas avant de l’ache­ter, no­tam­ment si l’on dort à deux.

Ne pas né­gli­ger le som­mier

On a ten­dance à pen­ser à chan­ger le matelas tous les dix ans, mais à gar­der le som­mier ad vi­tam ae­ter­nam. Pour­tant, ce­lui-ci est au moins aus­si im­por­tant pour la qua­li­té du som­meil. « Avec un som­mier peu adap­té ou af­fais­sé, on va avoir un som­meil non ré­pa­ra­teur », pré­vient Adrien Peyre, os­téo­pathe à Pa­ris. Pour ce qui est des di­men­sions, un mo­dèle as­sez large, 160 cm de large par 200 cm de long, par exemple, vous ga­ran­ti­ra un meilleur som­meil, pré­co­nise Gé­rard De­lautre. La po­si­tion du corps pen­dant le som­meil et celle de l’oreiller sont en grande par­tie res­pon­sables des dou­leurs que l’on peut avoir aux cer­vi­cales, se­lon Adrien Peyre. « Si on dort sur le cô­té et sans oreiller, on se re­trouve la tête pen­chée ; si l’oreiller est trop épais, avec la tête vers le haut. On peut donc avoir des dou­leurs la­té­ra­li­sées, au ni­veau des cer­vi­cales », ex­plique le pra­ti­cien. Ce­lui-ci conseille l’achat d’un oreiller à mé­moire de forme. « L’en­jeu d’une bonne li­te­rie, ce n’est pas seule­ment d’avoir un bon som­meil, mais d’être en forme le len­de­main », pré­cise Gé­rard De­lautre. Com­prendre : avec un bon lit, une nuit plus courte peut aus­si être plus ré­pa­ra­trice. Gar­dez ce­la en tête et vous dor­mi­rez sur vos deux oreilles.

Pluôt la­tex ou res­sorts ? A chaque mor­pho­lo­gie, le type de matelas adap­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.