Ça sent le rous­si pour Phi­lip­pot

20 Minutes (Strasbourg) - - ACTUALITÉ - Thi­baut Le Gal

Flo­rian Phi­lip­pot en train d’être pous­sé vers la sor­tie, mau­vais rêve ou réa­li­té? En mai, le no 2 du Front na­tio­nal me­na­çait de quit­ter le par­ti si ce der­nier aban­don­nait le pro­jet de sor­tie de l’eu­ro. Or, de­puis sa dé­faite à la pré­si­den­tielle, le FN a chan­gé son fu­sil d’épaule : « Nous res­tons sur notre po­si­tion ini­tiale, à sa­voir que l’eu­ro n’est pas en soi une bonne chose, dé­clare Jean-Ri­chard Sul­zer, “mon­sieur éco” du par­ti. Mais le peuple fran­çais a vo­té. Lais­sons l’eu­ro mou­rir de sa belle mort (…) Dans cette at­tente, il nous reste as­sez de marge de ma­noeuvre pour avoir une politique fi­nan­cière et mo­né­taire au­to­nome. » Sur­tout, le conseiller ré­gio­nal FN des Hauts-de-France veut ré­orien­ter le par­ti vers ce qu’il consi­dère être ses prio­ri­tés, « la sub­mer­sion mi­gra­toire ou la sé­cu­ri­té ». Dans l’en­tou­rage de Flo­rian Phi­lip­pot, on tente de re­la­ti­vi­ser : « Les per­sonnes qui s’ex­priment contre nous ne sont pas des fi­gures na­tio­nales de pre­mier plan, avance un proche de l’eu­ro­dé­pu­té. Sur le fond, nous ne sommes pas in­quiets. Ma­rine [Le Pen] et Flo­rian sont sur la même ligne. » Quoi que. « J’at­tends que Ma­rine re­de­vienne elle-même, elle a be­soin de vacances », a dé­cla­ré Flo­rian Phi­lip­pot après l’évic­tion in­at­ten­due de So­phie Mon­tel, une de ses proches, de la pré­si­dence du groupe FN en ré­gion Bour­gogne-Franche-Com­té. Cer­tains y ont vu le dé­but d’une dis­grâce. Le sé­mi­naire du FN les 21 et 22 juillet s’an­nonce ex­plo­sif.

Flo­rian Phi­lip­pot ap­pa­raît de plus en plus iso­lé au sein du Front na­tio­nal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.