«Faire drôle n’est pas sy­no­nyme de bâ­cler »

Dans l’ir­ré­sis­tible fan­tai­sie po­li­cière «Au poste!», Be­noît Poel­voorde est di­ri­gé par le réa­li­sa­teur Quen­tin Du­pieux

20 Minutes (Strasbourg) - - CINÉMA - Propos recueillis par Ca­ro­line Vié

Be­noît Poel­voorde a tra­vaillé avec Quen­tin Du­pieux, le réa­li­sa­teur de Réa­li­té et Wrong Cops, pour Au poste !, la co­mé­die la plus drôle de l’été. L’ac­teur in­carne un flic un brin bor­né qui fait pas­ser un sale quart d’heure au té­moin d’un meurtre (brillant Grégoire Lu­dig) dans un com­mis­sa­riat. Anaïs De­mous­tier, Orel­san, Phi­lippe Du­quesne et Marc Fraize fi­gurent aus­si au cas­ting. 20 Mi­nutes a ren­con­tré Be­noît Poel­voorde et Quen­tin Du­pieux, de­ve­nus très com­plices.

Que sa­viez-vous l’un de l’autre avant de vous ren­con­trer ? Quen­tin Du­pieux : Comme tout le monde, je sa­vais que Be­noît a une pa­lette de jeu mons­trueuse. C’est un hé­ros de ma jeu­nesse, car j’ai vu C’est ar­ri­vé près de chez vous trois fois de suite à sa sor­tie.

Be­noît Poel­voorde : De Quen­tin, je n’avais vu que Rub­ber, un film d’hor­reur avec un pneu comme hé­ros. Je ne connais­sais pas le reste de son tra­vail.

Vous n’êtes pas vexé, Quen­tin ? Q.D. : Ce­la ne me pose pas de pro­blème. Je suis heu­reux que Be­noît ait ac­cep­té pour le texte et pas pour mon nom !

B.P. : Le scé­na­rio d’Au poste ! est le pre­mier que je lis de­puis long­temps. J’ai ri comme un fou alors que les scripts m’em­merdent la plu­part du temps… Vous avez bien ri­go­lé sur le tour­nage ?

B.P. : C’est l’un des tournages les plus stu­dieux que j’aie ja­mais vé­cus. Quen­tin m’a fait bos­ser comme rarement. Il fal­lait que je connaisse mon texte et ce­lui de mes par­te­naires car tout était cal­cu­lé avec une pré­ci­sion in­croyable.

Q.D. : Oui, j’ai mis Be­noît au bou­lot. Je l’avais pré­ve­nu que ce se­rait vrai­ment du tra­vail. Le co­mique est une ques­tion de rythme, comme une par­ti­tion mu­si­cale. Si vous sau­tez des notes, ce­la de­vient in­au­dible. On ne peut pas se per­mettre d’ap­proxi­ma­tion.

En quoi « Au poste ! » est-il dif­fé­rent des co­mé­dies qui en­va­hissent nos écrans ? B.P. : C’est un film écrit et tra­vaillé ! Pas de ceux qui sont ven­dus comme des yaourts. Au poste ! dé­montre que drôle n’est pas sy­no­nyme de bâ­cler.

Q.D. : J’ai­me­rais, à mon pe­tit ni­veau, re­trou­ver le charme du ci­né­ma po­pu­laire, comme Le Ma­gni­fique avec Jean-Paul Bel­mon­do. J’ai­mais ces films dis­trayants où on ne pre­nait pas les spec­ta­teurs pour des idiots.

Be­noît Poel­voorde in­carne un flic un brin bor­né.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.