Après une campagne in­terne agi­tée, Ri­chard Fer­rand se­ra le can­di­dat LREM au poste de pré­sident de l’As­sem­blée

Le dé­pu­té LREM est en route pour le per­choir de l’As­sem­blée, au terme d’une élec­tion in­terne, lun­di, qui l’a op­po­sé à deux femmes

20 Minutes (Strasbourg) - - LA UNE - De notre en­voyée spé­ciale à Tours, Laure Co­met­ti

Fer­rand, l’élu de son par­ti. Jus­qu’à ce soir, les dé­pu­tés de La Ré­pu­blique en marche (LREM) sont réunis pour un sé­mi­naire de ren­trée, à Tours. Lun­di, ils ont dé­si­gné leur can­di­dat pour la pré­si­dence de l’As­sem­blée na­tio­nale, poste lais­sé va­cant par Fran­çois de Ru­gy, nom­mé au mi­nis­tère de la Tran­si­tion éco­lo­gique.

Une campagne agi­tée

Cette no­mi­na­tion avait sus­ci­té une campagne agi­tée au sein de LREM, di­vi­sé sur les ques­tions de re­nou­veau et de la fé­mi­ni­sa­tion des hautes fonc­tions de l’Etat. Face au fa­vo­ri Ri­chard Fer­rand, les députées Bar­ba­ra Pom­pi­li et Cen­dra Mo­tin s’étaient pré­sen­tées comme les can­di­dates du « re­nou­vel­le­ment ». Une troi­sième can­di­date, Yaël Braun-Pi­vet, avait fi­na­le­ment re­joint Ri­chard Fer­rand. « Cette campagne n’au­rait pas dû se pas­ser sur les ré­seaux so­ciaux », dé­plore Tho­mas Mes­nier, dé­pu­té de la Cha­rente. De nom­breux élus avaient af­fi­ché leur fa­vo­ri au cours d’une campagne 2.0 qui avait vu le match Fer­rand-Pom­pi­li se mettre en place. Fi­na­le­ment, la dé­pu­tée ve­nue des rangs éco­los est ar­ri­vée deuxième du scru­tin, avec 29,21 % des suf­frages, contre 64,26 % pour Fer­rand. In fine, plus d’un tiers des dé­pu­tés n’ont pas choi­si ce proche du chef de l’Etat. Ce­la n’em­pêche pas Ch­ris­tophe Cas­ta­ner, pa­tron du par­ti, de voir dans ce vote « l’at­ta­che­ment du groupe des dé­pu­tés à Ri­chard Fer­rand ».

Elu po­li­tique de­puis vingt ans, Ri­chard Fer­rand a été l’un des pre­miers à ral­lier Em­ma­nuel Ma­cron, en 2016. Ancien di­rec­teur gé­né­ral des Mu­tuelles de Bre­tagne de 1998 à 2012, il est tou­jours sous le coup d’une in­for­ma­tion ju­di­ciaire pour « prise illé­gale d’in­té­rêts », après une pre­mière en­quête clas­sée sans suite. « Ça fait des mois qu’on parle de cette af­faire et il n’est pas mis en exa­men », ba­laie Tho­mas Mes­nier, lorsque ce dos­sier est évo­qué. Mais il y a une autre ombre au ta­bleau. Cette élec­tion in­terne avait sus­ci­té l’es­poir de voir une femme ac­cé­der pour la pre­mière fois au per­choir, alors que LREM a fait campagne sur la pa­ri­té.Ces es­poirs sont dou­chés. « Le choix s’est por­té sur moi, vous me par­don­ne­rez de ne pas être une dame », a ré­pon­du Ri­chard Fer­rand à la sor­tie du scru­tin. Nul doute que la place des femmes à l’As­sem­blée et au sein du par­ti se­ra une nou­velle fois scru­tée le 18 sep­tembre, date du vote pour dé­si­gner le rem­pla­çant de Ri­chard Fer­rand au poste de pré­sident du groupe LREM dans l’hémicycle.

« Le choix s’est por­té sur moi, vous me par­don­ne­rez de ne pas être une dame. »

Elu par les dé­pu­tés LREM, Ri­chard Fer­rand de­vient le fa­vo­ri au per­choir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.