«Je n’ai ja­mais au­tant tra­vaillé»

L’ac­trice Ju­lia Ro­berts est l’hé­roïne de « Ho­me­co­ming », dis­po­nible sur Ama­zon Prime Vi­deo

20 Minutes (Strasbourg) - - SÉRIES - Pro­pos re­cueillis par Anne De­mou­lin

Un pre­mier rôle ré­cur­rent dans une sé­rie. Sam Es­mail, le créa­teur de « Mr. Ro­bot », a convain­cu Ju­lia Ro­berts de jouer dans «Ho­me­co­ming», le show adap­té du pod­cast créé par Eli Ho­ro­witz et Mi­cah Bloom­berg en 2016. La star amé­ri­caine y in­carne Hei­di Berg­man, une as­sis­tante so­ciale qui aide les sol­dats à se ré­in­sé­rer dans la vie ci­vile, dans un centre de sou­tien se­cret du gou­ver­ne­ment amé­ri­cain. Les dix épi­sodes de cet en­voû­tant thril­ler psy­cho­lo­gique sont dis­po­nibles de­puis ven­dre­di sur Ama­zon Prime Vi­deo.

Pour­quoi avoir ac­cep­té de jouer dans une sé­rie ?

Je n’ai ja­mais pen­sé au fait que ce soit une sé­rie, j’ai consi­dé­ré « Ho­me­co­ming » comme un nou­veau pro­jet. Je suis une ac­trice, je ne vais pas re­fu­ser un tra­vail sous pré­texte que c’est de la té­lé ou du ci­né­ma. Ce qui m’im­porte, c’est que l’his­toire me parle.

Qu’est-ce qui vous a plu dans ce pro­jet pré­ci­sé­ment ? J’avais écou­té le pod­cast dont la sé­rie est ti­rée, et je l’avais trou­vé gé­nial. Mais, ce qui m’a convain­cue, c’est l’im­pli­ca­tion de Sam Es­mail et nos con­ver­sa­tions. Nous avons beau­coup dis­cu­té de sa fa­çon de voir les choses, du ton de la sé­rie, des thèmes qu’il vou­lait abor­der.

Vous rap­pe­lez-vous de votre pre­mière ex­pé­rience à la té­lé­vi­sion dans un épi­sode de « Crime Sto­ry » en 1987 ?

Ça a été mon tout pre­mier bou­lot. Ces sept mi­nutes et de­mie à l’écran n’étaient qu’une pe­tite col­la­bo­ra­tion. Ce­la m’a sur­tout per­mis de faire des ca­deaux à tous les membres de ma fa­mille cette an­née-là ! Je ne me sou­viens même plus qui a réa­li­sé l’épi­sode. J’étais tel­le­ment ner­veuse, je pen­sais avant tout à bien faire.

« Au­jourd’hui, la té­lé­vi­sion pro­pose vrai­ment des pro­duc­tions de va­leur. »

Entre jouer dans une sé­rie et dans un film, quelles dif­fé­rences existe-t-il ?

J’ai eu beau­coup moins de temps pour cui­si­ner et faire ma les­sive ! (Rires.) C’était un bou­lot vingt­quatre heures sur vingt-quatre. Mon ma­ri m’a dit qu’il ne m’avait ja­mais vue au­tant tra­vailler. Mais ce n’était pas la­bo­rieux, c’était un plai­sir. Quel re­gard por­tez-vous sur la té­lé­vi­sion, au­jourd’hui ?

La té­lé­vi­sion pro­pose des pro­duc­tions de va­leur, comme « Mr. Ro­bot » ou «Pea­ky Blin­ders». J’aime quand un mé­dium se ré­in­vente. J’ap­pré­cie ce­la en tant que spec­ta­trice, mais c’est aus­si une chance en tant qu’ac­trice et pro­duc­trice.

La co­mé­dienne amé­ri­caine in­carne une as­sis­tante so­ciale qui aide les sol­dats.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.