Entre réa­li­té et ima­gi­naire

20 Minutes (Toulouse) - - TENDANCE -

L’uni­vers de l’écri­vain ne sort pas non plus to­ta­le­ment de son ima­gi­naire puis­qu’« il s’ins­pire de lé­gendes et de mythes an­glo-saxons qui parlent à tout le monde », rap­pelle l’homme de lettres. Si on adapte l’oeuvre en­core et en­core, c’est aus­si parce qu’elle surfe sur l’am­bi­guï­té entre le bien et le mal. « Sau­ron est le grand méchant, mais il y avait aus­si une part d’hu­ma­ni­té en lui », illustre Cy­ril, ré­dac­teur pour Tol­kien­drim, une com­mu­nau­té fran­çaise de fans de l’écri­vain bri­tan­nique. Une am­bi­va­lence qui rend les per­son­nages in­té­res­sants quand « le cô­té bi­naire est de­ve­nu trop simple et trop vu », com­plète Do­mi­nique Sam­pie­ro. Dans « Le Sei­gneur des an­neaux », l’am­bi­va­lence est éga­le­ment ga­ran­tie grâce aux nom­breux per­son­nages qui évo­luent pro­gres­si­ve­ment, comme dans la vie réelle. Le fait que l’ac­tion se dé­roule sur 7 000 ans et fait in­ter­ve­nir des di­zaines de per­son­nages et de lieux aide aus­si. « Les orques, par exemple, sont en­trés dans notre ima­gi­naire col­lec­tif et beau­coup de sa­gas s’en sont ins­pi­rées », constate le fan. Mais, ce qui donne au­jourd’hui le la dans les adap­ta­tions ci­né­ma­to­gra­phiques (entre 2001 et 2003), c’est l’es­thé­tique. Les films de Pe­ter Jack­son ont po­sé de nou­velles bases « puisque la lu­mi­no­si­té est par­ti­cu­lière », ex­plique Cy­ril. Et ça marche puisque « ces mondes per­mettent d’ima­gi­ner d’autres formes de vie que la nôtre », ajoute Do­mi­nique Sam­pie­ro. De la nou­veau­té, de la fic­tion, de l’hu­ma­ni­té… Si tout ce­la semble com­pli­qué à mettre en forme, Tol­kien s’est as­su­ré de convaincre le grand pu­blic « en ra­con­tant une his­toire glo­bale simple », se­lon Cy­ril. Une re­cette qui peut s’ac­com­mo­der à toutes les sauces. Et on en re­de­mande.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.