Re­tour­ner au tra­vail, l’autre com­bat des femmes

Les ré­sul­tats de deux études me­nées au­près de pa­tients et d’en­tre­prises ont été dé­voi­lés

20 Minutes (Toulouse) - - GRAND TOULOUSE - Béa­trice Colin

Il y a un peu plus d’un an, Ma­rie-Pierre, com­mer­ciale dans une grande en­tre­prise, quit­tait son tra­vail la veille de son opé­ra­tion d’un cancer du sein. « Je pen­sais en avoir pour trois mois. Mais il y a eu des com­pli­ca­tions, j’ai su­bi une double abla­tion des seins et puis il y a eu la re­cons­truc­tion. Je n’ai pas en­core re­pris, j’ai peur mais je suis im­pa­tiente », ra­conte cette an­cienne pa­tiente de l’Ins­ti­tut uni­ver­si­taire du cancer de Tou­louse (IUCT). Comme elle, de nom­breuses femmes ap­pré­hendent de re­tour­ner au tra­vail. Pas tou­jours pour les mêmes rai­sons. Par­fois par peur d’être iso­lée, de ne pas te­nir la ca­dence ou d’avoir à su­bir les re­proches de leurs col­lègues qui ont dû mettre les bou­chées doubles en leur ab­sence. Ce qui ar­rive dans 20 % des cas. C’est ce que ré­vèle l’une des deux études me­nées sur le thème « comment conci­lier tra­vail et cancer ou ma­la­die chro­nique » et dont les ré­sul­tats ont été dé­voi­lés ce mer­cre­di. L’as­so­cia­tion La Vie après, dont Ma­rie-Pierre est membre, s’est char­gée de re­layer un ques­tion­naire au­près de pa­tientes. Plus de 800 femmes at­teintes d’un cancer du sein y ont ré­pon­du. Et si com­battre la ma­la­die reste le centre de leurs pré­oc­cu­pa­tions du­rant leur ar­rêt ma­la­die, d’autres phé­no­mènes viennent pa­ra­si­ter leur conva­les­cence. « Dans le sec­teur pri­vé, 70 % d’entre elles perdent des re­ve­nus du­rant leur ar­rêt et 30 % in­diquent avoir re­pris leur ac­ti­vi­té pour des rai­sons fi­nan­cières », sou­ligne Ma­rieLaure Fer­nan­dez de l’as­so­cia­tion.

Dif­fi­cul­tés des en­tre­prises

Si les en­tre­prises se disent sou­cieuses du bien-être de leurs em­ployés at­teints d’un cancer ou d’une ma­la­die chro­nique, 71 % re­con­naissent dans une deuxième étude me­née par l’IUCT qu’elles ren­contrent des dif­fi­cul­tés à gé­rer leur main­tien ou leur re­tour au tra­vail. « Au­jourd’hui, nous avons ces ré­sul­tats et nous de­vons nous en ser­vir. Nous pou­vons ré­pondre aux be­soins des en­tre­prises qui de­mandent par exemple à avoir plus d’in­for­ma­tions sur les pa­tho­lo­gies ou un an­nuaire des in­ter­lo­cu­teurs », avance Dor­ra Ka­noun, on­co­logue à l’IUCT.

Plus de 800 pa­tientes at­teintes d’un cancer ont ré­pon­du à l’en­quête.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.