S’ou­vrir par la mé­dia­tion ani­male

Grâce à la zoo­thé­ra­pie, les en­fants at­teints d’au­tisme lâchent prise et sortent de leur bulle

20 Minutes (Toulouse) - - HANDICAP - Co­ra­lie Lemke

Des ba­bines hu­mides, un poil doux ou une odeur spé­ci­fique… Des dé­tails par­fois ano­dins qui ont le pou­voir d’apai­ser les en­fants au­tistes. Cer­taines as­so­cia­tions pro­posent de mettre en place des séances de zoo­thé­ra­pie, ou mé­dia­tion par l’ani­mal. C’est le cas d’Uma­ni­ma, à SaintGilles, dans la pé­ri­phé­rie de Rennes (Ille-et-Villaine). Chiens, che­vaux et la­pins sont les al­liés des soi­gnants, qui as­surent un sui­vi au long cours des jeunes pa­tients. « Par exemple, en ce mo­ment, je suis une en­fant de 4 ans. Elle avait de

« Et en­fin, ils se mettent à échan­ger pe­tit à pe­tit avec leurs pa­rents. »

Mar­jo­laine Du­val, Uma­ni­ma

grosses dif­fi­cul­tés pour éta­blir des re­la­tions avec d’autres per­sonnes. Elle ne sup­por­tait pas le contact phy­sique et n’ac­cro­chait pas le re­gard des autres. Nous avons com­men­cé à tra­vailler avec des che­vaux. Au bout de deux ans de sui­vi, nous avons re­mar­qué une nette amé­lio­ra­tion. Au­jourd’hui, la pe­tite fille peut mon­ter sur le che­val, ados­sée à sa ma­man. C’est un énorme pro­grès », in­dique Ma­rine Bé­chu, édu­ca­trice spé­cia­li­sée et for­mée par l’as­so­cia­tion Uma­ni­ma à la zoo­thé­ra­pie. L’en­jeu de la zoo­thé­ra­pie pour les en­fants au­tistes est de les sor­tir de leur iso­le­ment. « Nos pa­tients pré­sentent sou­vent des sté­réo­ty­pies. Ils se ba­lancent d’avant en ar­rière, ou ne dé­tachent ja­mais leurs mains. C’est une fa­çon pour eux de s’apai­ser. Mais ça les coupe du monde et peut même par­fois me­ner à de l’au­to­mu­ti­la­tion. Nous sommes là pour les faire lâ­cher prise », ex­plique Mar­jo­laine Du­val, as­sis­tante so­ciale for­mée à la mé­dia­tion par l’ani­mal chez Uma­ni­ma. L’éveil au monde ex­té­rieur se fait pro­gres­si­ve­ment. « Au bout de plu­sieurs séances, les en­fants com­mencent à per­ce­voir l’ani­mal comme un être vi­vant. En­suite, ils vont as­si­mi­ler que nous sommes des in­ter­ve­nants pré­sents pour les ai­der. Et en­fin, ils se mettent à échan­ger pe­tit à pe­tit avec leurs pa­rents », dé­ve­loppe Mar­jo­laine Du­val. L’as­so­cia­tion adapte chaque séance à ses pe­tits pa­tients, in­di­vi­duelle ou en groupe, dans leurs lo­caux ou dans les ins­ti­tu­tions qui prennent en charge les ma­lades. Du sur-me­sure.

Les séances de zoo­thé­ra­pie ou mé­dia­tion par l’ani­mal aident les en­fants au­tistes à s’éveiller au monde ex­té­rieur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.