Jean-Ma­rie Gi­rier, l’homme de l’ombre de Col­lomb

Puis­sant, bos­seur et dis­cret, le di­rec­teur de ca­bi­net de Gérard Col­lomb sus­cite l’ad­mi­ra­tion, tous bords confon­dus

20 Minutes (Toulouse) - - GRAND TOULOUSE - A Lyon, Ca­ro­line Gi­rar­don

De­puis qu’il est de­ve­nu le chef de ca­bi­net du mi­nistre de l’In­té­rieur Gérard Col­lomb, JeanMa­rie Gi­rier, 33 ans, est per­çu comme l’une des « per­sonnes les plus puis­santes » du gou­ver­ne­ment. Lui, dis­cret, pré­fère fuir les mé­dias et les ré­seaux so­ciaux, comme il l’a tou­jours fait. « C’est quel­qu’un qui tra­vaille dans l’ombre avec la porte fer­mée. » Un « bos­seur » né, un achar­né qui ne « compte ja­mais ses heures » et qui est ca­pable de se frois­ser si l’on craint de le dé­ran­ger pen­dant ses va­cances. Un homme qui sus­cite une cer­taine ad­mi­ra­tion, quel que soit le bord po­li­tique.

Il sait « pro­té­ger le pa­tron »

« Il sait faire plier les gens et dé­nouer des si­tua­tions de crise. Quand on est face à lui, on voit très bien qu’il ne faut pas lui en raconter et la lui faire à l’en­vers, té­moigne-t-on dans les rangs de l’op­po­si­tion lyonnaise. Tout le monde sa­vait qu’il avait l’oreille de [Gérard] Col­lomb. » Pas éton­nant que le jeune homme ait ta­pé dans l’oeil de l’ex-maire de Lyon, qui a fait ap­pel à ses ser­vices en 2012 pour re­joindre la ville, puis le nom­mer di­rec­teur de son ca­bi­net à la mé­tro­pole. « On pres- sen­tait qu’il pou­vait al­ler loin », lâche Syl­vie Blès-Ga­gnaire, ex­res­pon­sable du ser­vice presse de la ré­gion Rhône-Alpes, dans le­quel Jean-Ma­rie Gi­rier a dé­cro­ché son pre­mier em­ploi en 2007. A l’époque, di­plô­mé de Sciences Po Lyon, il a 23 ans et re­vient d’un sé­jour au Ca­na­da. « Il était doué pour gé­rer mille choses à la fois, ajoute-t-elle. Il a ra­pi­de­ment mon­tré cette fa­cul­té de maî­tri­ser les si­tua­tions stres­santes, tout en res­tant d’hu­meur égale. » « Je crois que c’est l’ar­ché­type même du di­rec­teur de ca­bi­net, pré­cise-t-on dans les rangs so­cia­listes lyon­nais. Son im­pli­ca­tion est très forte pour la per­sonne pour la­quelle il tra­vaille. Il a par­fai­te­ment com­pris son rôle et ce qu’il faut faire pour pro­té­ger son pa­tron. » « Stra­tège » , « mé­tho­dique » , « très or­ga­ni­sé », Jean-Ma­rie Gi­rier est une ma­chine à ga­gner les élec­tions. « En 2014, il était la che­ville ou­vrière du PS pour les mu­ni­ci­pales », confie un mi­li­tant. Un autre nuance : « Quand il faut, il peut être un tueur. » L’« in­tro­ver­ti » , un « brin aus­tère » , comme cer­tains op­po­sants le dé­crivent, sait donc for­cer son tem­pé­ra­ment pour avoir gain de cause.

« Juste un droit » est à écou­ter toutes les trois se­maines.

Jean-Ma­rie Gi­rier (centre) fait son en­trée à l’Ely­sée le 14 mai 2017.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.