« Pour l’en­fant, c’est sou­vent sa pre­mière ex­pé­rience de la mort »

20 Minutes - - ACTUALITÉ - Frantz Cap­pé « Mon chien, mon chat va par­tir » Vé­té­ri­naire au­teur de Propos recueillis par F. P.

Pour­quoi ne faut-il pas prendre à la lé­gère le deuil de l’ani­mal vé­cu par l’en­fant ? Il ne faut pas évi­ter de par­ler avec l’en­fant de la mort de son ani­mal, qui a pu être un sou­tien émo­tion­nel lors d’une pé­riode dif­fi­cile de sa vie (di­vorce, dé­mé­na­ge­ment...). Cette perte est sou­vent sa pre­mière ex­pé­rience de la mort. Elle peut l’ai­der à mieux ap­pré­hen­der les pertes ul­té­rieures de son exis­tence. Faut-il men­tir aux en­fants ? Il faut des mots dif­fé­rents en fonc­tion de l’âge et il ne faut pas abu­ser des for­mules comme « Il est par­ti ». Il risque de les prendre au pied de la lettre et d’avoir peur d’al­ler dor­mir si on lui a dit que son chien s’est « en­dor­mi pour tou­jours »... Re­prendre tout de suite un nou­vel ani­mal est-il la so­lu­tion à tout ? Je le dé­con­seille car Il y a de fortes pro­ba­bi­li­tés que l’en­fant le vive comme une tra­hi­son, une re­mise en ques­tion des liens qu’il a pu nouer avec son ani­mal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.