La « tois » sto­ry de Ney­mar s’écrit aus­si à Pa­ris

Le Bré­si­lien est sou­vent en­tou­ré de sa bande de potes, les « tois »

20 Minutes - - LA UNE - William Pe­rei­ra

Ney­mar est un joueur-cli­ché. Le nu­mé­ro 10 pa­ri­sien, qui af­fronte Di­jon sa­me­di, est l’ar­ché­type du foot­bal­leur bré­si­lien : une tech­nique in­croyable, l’in­so­lence qui va avec et le sou­rire d’un gosse de 8 ans balle au pied. « Son père fait tout pour qu’il soit heu­reux, exl­plique Mu­ri­cy Ra­mal­ho, son an­cien en­traî­neur. A Bar­ce­lone, il avait re­créé toutes les condi­tions pour qu’il se sente comme à San­tos. »

« Il a gran­di avec ses amis »

A Pa­ris, le maes­tro a tou­jours une épaule contre la­quelle s’ap­puyer. Plus d’une, d’ailleurs. Celles de ses tois (pro­non­cez « toïss », sur­nom dé­cou­lant d’une blague pri­vée), ses amis. Lors de la pré­sen­ta­tion du crack au Parc, le 4 août, ils étaient une ving­taine. Par­mi eux, il y a le noyau dur com­po­sé de Gil Ce­bo­la, que Ney­mar a ren­con­tré à l’église, Jo­clé­cio, le frère adop­tif du nu­mé­ro 10, Gus­ta­vo Al­mei­da, co­équi­pier de futsal, Guil­herme Pit­ta, pa­tron d’une dis­co­thèque à San­tos et Luiz Ama­ral, pro­mo­teur de soi­rée à Rio. En­semble, ils jouent à « Fifa », bronzent sur des yachts et or­ga­nisent des fêtes dont le bud­get ne res­pecte pas les règles du fair-play fi­nan­cier. « Il a tou­jours ado­ré être en­tou­ré. Même si je ne fai­sais pas par­tie de son pe­tit cercle, j’étais quand même sou­vent in­vi­té chez lui pour m’amu­ser », ra­conte Dho­na­tan, co­équi­pier au centre de for­ma­tion. « Ney­mar a gran­di avec ses amis, il a be­soin d’être avec eux », ex­plique Ra­mal­ho. C’est pour­quoi le père d’« O Ney » a ins­tal­lé Ce­bo­la et Jo­clé­cio à Bar­ce­lone, avec son fils, et qu’il re­cher­chait ac­ti­ve­ment où lo­ger le duo à Pa­ris, en août, se­lon une in­fo de Fol­ha de São Pau­lo. Mais jus­qu’où un groupe, avec une cer­taine ap­pé­tence pour la vie noc­turne, peut-il s’avé­rer bé­né­fique pour un homme qui as­pire au Bal­lon d’or ? « A Bar­ce­lone, il a très bien gé­ré tout ça, ras­sure Ra­mal­ho. Il s’en­traî­nait quand c’était l’heure de l’en­traî­ne­ment et pas­sait son temps libre avec ses amis. » Jus­qu’ici, ça a fonc­tion­né. Mais les pas­sages à Pa­ris de Vam­pe­ta et Ro­nal­din­ho rap­pellent que rien n’est ac­quis.

Fraî­che­ment ar­ri­vé du Bar­ça, Ney­mar a été pré­sen­té avec une par­tie de ses amis au Parc des Princes, le 4 août.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.