«L’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle n’a rien de ter­ri­fiant»

Le di­rec­teur de la tech­no­lo­gie d’Ama­zon.com était au Web Sum­mit, cette se­maine à Lis­bonne

20 Minutes - - CULTURE - Pro­pos re­cueillis à Lis­bonne (Por­tu­gal) par Laure Beau­don­net

L’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle est au coeur des dé­bats. Es­telle dan­ge­reuse ? Nous avons ren­con­tré mer­cre­di Wer­ner Vogels, le di­rec­teur de la tech­no­lo­gie d’Ama­zon.com, au Web Sum­mit, qui s’est te­nu du 6 au 9 no­vembre à Lis­bonne, la confé­rence in­ter­na­tio­nale sur les nou­velles tech­no­lo­gies. Pour lui, l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle n’est pas la mons­truo­si­té dé­crite par la science-fic­tion. Quelles sont les am­bi­tions d’Ama­zon sur le plan de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle ? D’abord, je tiens à pré­ci­ser que l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle n’est pas la chose ter­ri­fiante que l’on voit dans les films. Comme pour toute tech­no­lo­gie, vous de­vez vous as­su­rer que vous l’uti­li­sez de la bonne fa­çon. Chez Ama­zon, nous uti­li­sons l’in­tel­li­gence, ou ce que l’on ap­pelle le ma­chine lear­ning, de­puis une ving­taine d’an­nées. Lorsque vous vi­si­tez notre site, vous vous ex­po­sez à énor­mé­ment d’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, avec les re­com­man­da­tions, les offres si­mi­laires. Comment ce­la fonc­tionne-t-il ? Gros­so mo­do, vous pre­nez les don­nées du pas­sé et vous faites des pré­dic­tions. Si vous ta­pez une re­cherche, nous cher­chons à vous ai­der. Ce lec­teur DVD vous in­té­resse? Peut-être de­vriez-vous éga­le­ment re­gar­der ce­lui-ci que d’autres per­sonnes ont ache­té en ta­pant la même re­quête. Ce­la n’a rien d’ef­frayant. Pre­nez Net­flix, 75 % des films re­gar­dés sur la pla­te­forme sont choi­sis grâce aux re­com­man­da­tions. L’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, pour l’ins­tant, a du mal à ré­agir comme le fe­rait un hu­main pen­dant une dis­cus­sion. Elle pro­gresse énor­mé­ment. Ce do­maine est très jeune. Il y a deux ans, Alexa [l’as­sis­tant per­son­nel d’Ama­zon qui com­mu­nique par la voix] n’était pas aus­si per­for­mante qu’au­jourd’hui. Alexa fonc­tionne en quatre temps : vous en­re­gis­trez la voix, celle-ci est en­voyée dans le cloud, il tra­duit les sons en mots, et le trai­te­ment du lan­gage na­tu­rel cherche à com­prendre ce que l’hu­main vient de dire. De quelle ma­nière l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle va-t-elle chan­ger notre so­cié­té ? L’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, et spé­cia­le­ment le ma­chine lear­ning, au­ra un ef­fet dans de nom­breux do­maines, en par­ti­cu­lier dans ce­lui de la san­té. Par exemple, Phi­lips Heal­th­care a créé un sys­tème qui croise les don­nées de dif­fé­rents pa­tients en hô­pi­taux. L’in­té­rêt, c’est d’être ca­pable de gué­rir des ma­la­dies que l’on n’a ja­mais réus­si à soi­gner jus­qu’à pré­sent. Main­te­nant, les scan­ners et les IRM sont nu­mé­ri­sés, et l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle as­siste le ra­dio­logue à prendre des dé­ci­sions. Elle ne va pas rem­pla­cer les hommes, mais les ac­com­pa­gner dans leur tra­vail.

Se­lon Wer­ner Vogels, le ma­chine lear­ning pro­fi­te­ra à la san­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.