« On peut prendre trois bran­lées »

Les tru­blions du rug­by fran­çais ne sont guère op­ti­mistes pour les Bleus

20 Minutes - - SPORTS - Pro­pos re­cueillis par Ju­lien La­loye

Deux ans après nous avoir en­chan­tés avec le tome 1, les gar­ne­ments de la Boucherie Ovalie, qui gardent leur ano­ny­mat, ont en­core pro­fi­té du can­cer de l’as­sis­ta­nat pour com­mettre un nou­vel ou­vrage hi­la­rant in­ti­tu­lé Guide de sur­vie au pays du rug­by (ed. Ma­ra­bout). Ça nous a don­né une idée : une dis­cus­sion à bâ­tons rom­pus sur l’art de la « bran­lée » à la fran­çaise avant que l’au­to­bus néo-zé­lan­dais ne roule sur les Bleus de Guy No­vès sa­me­di soir au Stade de France, puis le mar­di sui­vant à Lyon. Dans quelles condi­tions re­gar­der le match de sa­me­di contre les Néo-Zé­lan­dais pour bien pro­fi­ter de la « bran­lée » ? – Comme pour un bon por­no, puisque ce se­ra une tour­nante col­lec­tive à une heure de grande écoute. Pas trop ha­billé, donc. – Ou alors ivre, pour se rap­pe­ler plus fa­ci­le­ment ce qu’était en­core le XV de France quand il jouait au rug­by. Le rug­by fran­çais nous a dé­jà ha­bi­tués au n’im­porte quoi, mais est-ce qu’il nous a dé­jà fait plus honte qu’en ce mo­ment ? – Oui, quand même. N’ou­blions pas que le Ra­cing a été cham­pion de France ré­cem­ment [en 2016]. – En quinze jours, on peut quand même prendre trois bran­lées, parce qu’il ne faut pas ou­blier le match contre l’Afrique du Sud [le 18 no­vembre], et puis perdre l’or­ga­ni­sa­tion de la Coupe du monde 2023 et avoir Ber­nard La­porte mis en exa­men. Je pense que c’est le seul Grand Che­lem que peut nous of­frir la fé­dé­ra­tion fran­çaise pour les dix ans à ve­nir. C’est quoi le scé­na­rio de la « bran­lée » idéale contre les Blacks dont vous n’ose­riez même pas rê­ver ? – Une ba­garre gé­né­rale. Entre joueurs du XV de France si pos­sible. Une bonne « bran­lée » sans gé­né­rale, ça n’a pas la même sa­veur. – Le pre­mier es­sai contre son camp de l’his­toire du rug­by, ce se­rait pas mal aus­si. – Et Guy No­vès qui re­fuse de se pré­sen­ter en confé­rence de presse à la fin : « Avec mon pal­ma­rès, je n’ai pas à ré­pondre à vos ques­tions. »

Sa­me­di soir, le XV de France fe­ra en­core face au ha­ka des Néo-Zé­lan­dais.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.