L’es­poir eu­ro­phile et li­bé­ral des Po­lo­nais

Le maire de Var­so­vie, Ra­fal Tr­zas­kows­ki, est qua­li­fié pour le se­cond tour de l’élec­tion

20 Minutes - - ACTUALITÉ - Ca­the­rine Abou El Khair

«On ne peut pas vivre dans un tel état de ten­sions, de conflits et de crises. Ne me re­gar­dez pas comme un en­ne­mi, car je ne le suis pas. » Alors qu’en Pologne le pre­mier tour de l’élec­tion pré­si­den­tielle s’est te­nu di­manche, le can­di­dat du par­ti cen­triste Coa­li­tion ci­vique, Ra­fal Tr­zas­kows­ki (30,4% des suf­frages, se­lon un son­dage réa­li­sé à la sor­tie des urnes) a ten­té l’apai­se­ment dans une lettre ou­verte s’adres­sant aux membres et sym­pa­thi­sants du par­ti Droit et Jus­tice. Au se­cond tour, le 12 juillet, il es­père battre leur propre can­di­dat, le pré­sident sor­tant, An­dr­zej Du­da (41,8%). Dans un tel contexte, Tr­zas­kows­ki pour­ra-t-il l’em­por­ter?

«Il a des po­si­tions cen­tristes et se montre dé­li­cat dans son ex­pres­sion.» Pa­wel Ste­pien, politologu­e

A 48 ans, Ra­fal Tr­zas­kows­ki sus­cite en tout cas l’es­poir du cô­té des Po­lo­nais, qui en ont as­sez du pou­voir ac­tuel. « Il sillonne beau­coup le pays. Ses images avec ses par­ti­sans passent bien à la té­lé­vi­sion (…) Il bé­né­fi­cie de l’ef­fet de nou­veau­té, se montre ou­vert, a des po­si­tions cen­tristes et se montre plu­tôt dé­li­cat dans son ex­pres­sion pu­blique », ob­serve le politologu­e Pa­wel Ste­pien dans les co­lonnes du quo­ti­dien, clas­sé à gauche, Ga­ze­ta Wy­borc­za. L’homme po­li­tique n’est pour­tant pas dé­nué d’ex­pé­rience. En 2013-2014, il a été mi­nistre de l’Ad­mi­nis­tra­tion et du Nu­mé­rique puis des Af­faires étran­gères du gou­ver­ne­ment de Do­nald Tusk, le très cli­vant ex-Pre­mier mi­nistre. Par­lant l’an­glais, le fran­çais, le russe et l’ita­lien, ce di­plô­mé du Col­lège d’Eu­rope a été dé­pu­té eu­ro­péen entre 2009 et 2013. En France, il a d’ailleurs été chevalier de la Lé­gion d’hon­neur pour avoir «oeu­vré à la co­opé­ra­tion fran­co-po­lo­naise au plan eu­ro­péen ».

En oc­tobre 2018, il rem­porte les élec­tions mu­ni­ci­pales à Var­so­vie, la ca­pi­tale po­lo­naise. Il rafle 56 % des voix au pre­mier tour et de­vient le maire de la ca­pi­tale po­lo­naise. Mais ra­pi­de­ment, Ra­fal Tr­zas­kows­ki, raillé comme le «can­di­dat de la Gay Pride» par ses op­po­sants très à droite, clive l’opi­nion en si­gnant en 2019 la « dé­cla­ra­tion LGBT+ » contre l’ho­mo­pho­bie. Il n’ex­clut pas, non plus, l’idée de res­ti­tuer des biens juifs, un su­jet po­li­ti­que­ment sen­sible en Pologne.

Le can­di­dat Ra­fal Tr­zas­kows­ki dans un bu­reau de vote de Var­so­vie, di­manche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.