Re­nault Ko­leos dCi 175 vs Maz­da CX-5 Skyac­tiv-D 175 ch

Deux vi­sions du monde

4x4 Magazine - - Sommaire - Mi­chel Re­na­vand, pho­tos Ju­lien Re­na­vand.

Concur­rents sur le mar­ché des com­pacts 4x4 af­fi­chant plus de 4,5 m de long – un seg­ment qui réus­sit sur­tout au pre­mium en Eu­rope –, les der­niers Ko­leos et CX-5 ré­pondent pour­tant à des ca­hiers des charges très dif­fé­rents. Ils se re­trouvent néan­moins lors­qu’il s’agit de pro­po­ser une ver­sion haut de gamme tur­bo­die­sel, leurs mo­to­ri­sa­tions res­pec­tives af­fi­chant à l’iden­tique 175 ch. Mais le mi­mé­tisme en reste là lors­qu’on se penche sur des boîtes au­to­ma­tiques, très conven­tion­nelle avec seule­ment six vi­tesses chez Maz­da, quand le Re­nault s’ap­puie sur son al­liance avec Nissan pour ré­cu­pé­rer une CVT. Heu­reu­se­ment, pour pal­lier le re­jet de la va­ria­tion conti­nue sur le Vieux Con­tinent, celle-ci si­mule l’exis­tence de sept rap­ports pour le plus grand bien de l’agré­ment. De même, si elles re­posent sur un sché­ma de base iden­tique en re­te­nant la so­lu­tion du vis­co­cou­pleur cen­tral, leurs trans­mis­sions 4x4 cor­res­pon­dentt pour­tant à des « phi­lo­so­phies » bien di­ver­gentes, le CX-5 se li­mi­tant au seul sché­ma se­mi-per­ma­nent, quand le Ko­leos pro­pose éga­le­ment un mode trac­tion ou, à l’op­po­sé, un blo­cage de la ré­par­ti­tion cen­trale. Un état de fait que confirme dès les pre­miers ki­lo­mètres un Maz­da don­nant le sen­ti­ment de n’avoir été dé­ve­lop­pé que pour l’as­phalte.Très bien sus­pen­du, il bé­né­fi­cie d’une te­nue de route ri­gou­reuse, l’ex­cellent contrôle des mou­ve­ments de caisse pro­fi­tant éga­le­ment au bien-être des pas­sa­gers.

Pas la même re­cette de confort

Si le Ko­leos se montre tout au­tant aux pe­tits soins avec ses oc­cu­pants, il s’ap­puie pour sa part d’abord sur le moel­leux de son amor­tis­se­ment. Un choix plus pé­na­li­sant lors­qu’on aug­mente le rythme ou quand la route se met à tor­tiller. Le com­por­te­ment ap­pa­raît alors plus pa­taud et ac­com­pa­gné d’une sen­sa­tion de lour­deur qui trouve aus­si en par­tie sa source dans le lé­ger em­bon­point en­re­gis­tré sur la ba­lance. Car, en dé­pas­sant les 1 800 kg, ce Re­nault fait « dans le lourd » en com­pa­rai­son avec un CX-5 don­né pour beau­coup plus svelte, mais qui doit aus­si com­po­ser en l’es­pèce avec un toit ou­vrant, un ac­ces­soire pas vrai­ment ré­pu­té pour sa lé­gè­re­té. Une petite sur­charge pon­dé-

Confor­mé­ment à la nou­velle po­li­tique mar­ke­ting « mai­son », Re­nault pro­pose une fi­ni­tion su­pé­rieure bap­ti­sée Ini­tiale Pa­ris. Ré­ser­vée au seul mar­ché eu­ro­péen, cette ver­sion se dis­tingue par sa pré­sen­ta­tion ex­té­rieure et in­té­rieure spé­ci­fique. Iden­ti­fiable grâce à des mar­quages in­cor­po­rés au bas du lo­sange de ca­landre ou de l’en­jo­li­veur chro­mé si­tué de chaque cô­té, ce Ko­leos se ca­rac­té­rise aus­si par ses jantes al­liage 19’’. A bord, on re­marque d’em­blée le grand toit ou­vrant pa­no­ra­mique et une sel­le­rie cuir Nap­pa du plus bel ef­fet, re­cou­vrant éga­le­ment le des­sus du ta­bleau de bord. En outre, pour pro­fi­ter plei­ne­ment d’une ins­tal­la­tion au­dio haute per­for­mance si­gnée Bose, un vi­trage la­té­ral feuille­té as­sure une meilleure iso­la­tion pho­nique. Tou­jours au cha­pitre des pe­tits dé­tails « qui vont bien », on note la pré­sence de sièges chauffants à toutes les places, ven­ti­lés à l’avant, et d’un hayon à ou­ver­ture mo­to­ri­sée mains-libres. Pro­pul­sé uni­que­ment par le dCi 175 as­so­cié à la boîte CVT X-Tro­nic, le quatre roues mo­trices s’af­fiche à 43 400 €.

Si le style et les di­men­sions rap­pellent fu­rieu­se­ment la gé­né­ra­tion pré­cé­dente, le nou­veau CX-5 re­ven­dique 60 % de nou­velles pièces.

Un de­si­gn mas­sif pour ce se­cond Ko­leos qui af­fiche tout sim­ple­ment l’une des plus grandes lon­gueurs de sa ca­té­go­rie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.