Es­sai Re­nault Alas­kan dCi 190 BA se jette à l’eau...

4x4 Magazine - - Essai - Mi­chel Re­na­vand, pho­tos au­teur et Re­nault

... mais avec des bras­sières en plon­geant dans le monde du pick-up sous l’aile bien­veillante de son al­lié Nissan, dont l’ex­per­tise en la ma­tière ne date pas d’hier.

De­vant l’am­pleur du phé­no­mène pick-up à tra­vers le monde et même en Eu­rope, Re­nault se de­vait d’ajou­ter cette corde à son arc. Ob­jec­tif rem­pli sans grande dif­fi­cul­té puis­qu’il a suffi, dans le cadre de l’Al­liance, de re­bad­ger un Na­va­ra. D’ailleurs, la marque fran­çaise s’est conten­tée du ser­vice mi­ni­mum en li­mi­tant les mo­di­fi­ca­tions es­thé­tiques et en conser­vant une fiche tech­nique comme un ha­bi­tacle en tous points iden­tiques à l’ex­cep­tion des lo­gos. Rien à voir avec les in­ves­tis­se­ments im­por­tants consen­tis par Mer­cedes pour « per­son­na­li­ser » un Classe X dé­ve­lop­pé sur la même base. Nous voi­ci donc en ter­rain connu au vo­lant de cet Alas­kan, dis­po­nible dans l’im­mé­diat uni­que­ment en double-ca­bine. Une ver­sion fa­bri­quée à Bar­ce­lone et qui se ca­rac­té­rise par la pré­sence de res­sorts ar­rière hé­li­coï­daux en lieu et place des lames tra­di­tion­nel­le­ment uti­li­sées dans cette ca­té­go­rie. Ap­por­tant un lé­ger mieux dans la fil­tra­tion des pe­tites ir­ré­gu­la­ri­tés, ils res­tent très fermes, leur mis­sion pre­mière étant de sup­por­ter de fortes charges, ce pick-up ap­par­te­nant au seg­ment des « une tonne ». Le confort reste donc ce­lui d’un uti­li­taire, même si le trai­te­ment in­té­rieur de ce haut de gamme semble ne plus avoir grand­chose à en­vier à un 4x4 fa­mi­lial. Un équi­pe­ment très com­plet s’as­so­cie à une sel­le­rie cuir pour of­frir une pre­mière im­pres­sion favorable. Néan­moins, un ra­pide exa­men de la si­tua­tion ré­vèle quelques la­cunes re­gret­tables telle une

co­lonne de di­rec­tion ne s’ajus­tant qu’en hau­teur et pas en pro­fon­deur ou une banquette ar­rière au dos­sier en­core un peu trop ver­ti­cal pour de­ve­nir vé­ri­ta­ble­ment ac­cueillante. Fort de 190 ch, le 2,3 l com­mon rail pro­fite de sa double sur­ali­men­ta­tion pour af­fi­cher une belle san­té qui au­ra vite fait de mettre à mal l’adhé­rence des seules roues ar­rière, ce Re­nault de­vant com­po­ser avec une trans­mis­sion 4x2/4x4 sans dif­fé­ren­tiel cen­tral. Simple pro­pul­sion sur as­phalte, il convient donc de res­ter aux aguets dès la pre­mière goutte de pluie, mal­gré l’in­ter­ven­tion bien­ve­nue de l’ESP et la pré­sence d’une boîte au­to­ma­tique dont la ges­tion d’un autre temps a au moins le mé­rite de cal­mer le jeu. Af­fu­blée du patinage ex­ces­sif de son conver­tis­seur et d’un manque de ré­ac­ti­vi­té chro­nique, elle tem­père le ca­rac­tère vi­gou­reux de ce bloc, qui se tra­duit pour­tant par une franche ré­ponse à l’ac­cé­lé­ra­teur lors­qu’on reste sur le même rap- port. Il n’em­pêche, l’Alas­kan se pré­sente comme un très ac­cep­table com­pa­gnon de route, consom­mant moins de 11 l/100 km et at­ten­dant de sor­tir de l’as­phalte pour mon­trer de quoi il est ca­pable.

Bon pour le ser­vice

Comme tout bon pick-up, il pro­fite de sa confi­gu­ra­tion tech­nique pour ex­cel­ler en fran­chis­se­ment, avec comme pre­mières li­mites un ga­ba­rit im­po­sant et un porte-à-faux pos­té­rieur im­por­tant. Do­té d’un ras­su­rant contrôle de vi­tesse en des­cente main­te­nant au­to­ma­ti­que­ment l’al­lure à une di­zaine de km/h en longues et à seule­ment 4 km/h en courtes, il peut aus­si s’ap­puyer sur un blo­cage ar­rière en op­tion pour re­trou­ver de la mo­tri­ci­té. Mais, une fois en­core, sa boîte au­to fait des siennes en ne per­met­tant pas de dé­mar­rer en deuxième sur le mode sé­quen­tiel. Une inep­tie sur­tout en gamme ré­duc­tée qui va à l’en­contre du bon usage d’un 4x4 en tout-ter­rain. Com­mer­cia­li­sé un peu plus cher que son cou­sin Na­va­ra à do­ta­tion égale, l’Alas­kan dis­pose éga­le­ment d’une gamme res­treinte. De plus, il ne pro­pose, en sé­rie, que dans cette fi­ni­tion su­pé­rieure le très pra­tique sys­tème d’ar­ri­mage sur rails dans la benne, quand Nissan en équipe qua­si­ment toutes ses ver­sions. Mais Re­nault compte sû­re­ment sur l’im­por­tance de son ré­seau pour faire la dif­fé­rence car, à nou­veau, en ma­tière de ga­ran­tie la com­pa­rai­son ne tourne pas vrai­ment en fa­veur du lo­sange.

Sans prendre beau­coup de risques, Re­nault se po­si­tionne sur ce mar­ché avec l’am­bi­tion de se tailler une part du gâ­teau sus­cep­tible de gran­dir à l’ave­nir, si l’Alas­kan se dé­cline dans d’autres confi­gu­ra­tions de car­ros­se­rie.

Dis­po­nible uni­que­ment avec le dCi 190, cette très clas­sique boîte au­to­ma­tique compte tout de même sept rap­ports. La dé­cli­nai­son la plus puis­sante de ce 2,3 l com­mon rail bé­né­fi­cie d’une double sur­ali­men­ta­tion.

On reste dans le ba­sique avec cette trans­mis­sion 4x2/4x4 avec ré­duc­teur.

L’Alas­kan af­fiche d’ex­cel­lentes pré­dis­po­si­tions au fran­chis­se­ment, même si les mar­che­pieds et le pare-chocs ar­rière ap­pa­raissent vul­né­rables.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.