Le lustre Co­qs d’or de Bo­do Sper­lein

AD - - LA FOLIE AD - Par P ierre Lé on­forte.

Le de­si­gner al­le­mand a conçu pour l’or­fèvre mexi­cain Tane ce lustre spec­ta­cu­laire. Un somp­tueux fleu­ron de plus pour cette mai­son his­to­rique.

un dé­lire de plumes d’or

Ins­pi­ré à Bo­do Sper­lein par le cé­lèbre coq d’or, em­blème sou­ve­rain de la mai­son Tane (pro­non­cer Ta­né) de­puis les an­nées 1960, ce lustre im­pres­sion­nant, en­tiè­re­ment réa­li­sé à la main, au­ra exi­gé de trois ar­ti­sans un tra­vail sou­te­nu six se­maines du­rant et re­quis 18 ki­los d’ar­gent et de ver­meil. Si les yeux de chaque coq sont en ru­bis, l’éclai­rage de l’ap­pa­reil uti­lise l’ul­time tech­no­lo­gie led. Ma­ni­feste écla­tant de l’or­fè­vre­rie contem­po­raine, cette pièce unique, sans prix, est exposée à Pa­ris ce dé­but d’an­née dans le cadre de Mai­son & Ob­jet, une pre­mière pour la mai­son, tan­dis qu’une par­tie de la nouvelle col­lec­tion Tane si­gnée Sper­lein épate la Ga­le­rie du Pas­sage, chez Pierre Pas­se­bon, à par­tir du 23 jan­vier.

bo­do sper­lein

De­si­gner al­le­mand ins­tal­lé à Londres, re­pé­ré à la ma­nu­fac­ture de Nym­phen­burg à Mu­nich comme chez Lla­dró en Es­pagne, Bo­do Sper­lein est un ta­lent sin­gu­lier dont les col­la­bo­ra­tions avec des mai­sons du ca­libre de Swa­rovs­ki, Dib­bern, Mulberry ou Tho­mas Goode se ré­clament de l’ar­ti­sa­nat émé­rite hy­bri­dé de tech­ni­ci­té contem­po­raine. Pour sa pre­mière col­lec­tion avec Tane, Sper­lein a mi­sé sur la pure fas­ci­na­tion de l’or, de l’ar­gent, du ver­meil, fiè­re­ment dres­sée sur les er­gots de l’oi­seau-em­blème.

tane, tout l’or du mexique

C’est en 1944 que Jo­sé et Ro­sa Vil­ner, émi­grés russes éta­blis an­ti­quaires fau­bourg Saint-Ho­no­ré, ayant fui Pa­ris au dé­but de la Se­conde Guerre mon­diale, s’éta­blirent à Mexi­co en qua­li­té de sel­liers ma­ro­qui­niers de luxe. Un ar­ti­sa­nat d’élite pas­sé dix ans plus tard à l’ar­gen­te­rie puis à l’or­fè­vre­rie et la joaille­rie. De­puis, la mai­son Tane af­fiche un pe­di­gree et un pa­tri­moine pres­ti­gieux, grâce à ses col­la­bo­ra­tions au long cours avec Tif­fa­ny’s ou des ar­tistes tels Ar­nal­do Po­mo­do­ro, Ger­da Gru­ber, Leo­no­ra Car­ring­ton ou Va­sa­re­ly, entre autres. Hé­ri­tier as­su­mé et ins­pi­ré, Pe­dro Leites Vil­ner fut, avec Ta­pio Wirk­ka­la, Omar Ar­royo, Luis Bar­ragán, Fran­cis­co To­le­do et Lu­ci­la de la La­ma, l’une des grandes si­gna­tures de l’of­fi­cine. Comp­tant pour clients les fa­milles royales du globe, Ja­ckie Ken­ne­dy, Catherine De­neuve ou feu Os­car de la Ren­ta, Tane est de­ve­nu une vé­ri­table ins­ti­tu­tion, avec trois écoles-ate­liers (dont une en Bre­tagne) et plus de vingt-quatre points de vente dans la ca­pi­tale mexicaine. De­puis 2010, la mai­son est la pro­prié­té du groupe BAL, puis­sant consor­tium opé­rant dans les as­su­rances, les mi­ne­rais et le com­merce. À Lire Mexi­co Sparks of Sil ver – Tane

www.tane.com. mx www. bo­dos­per­lein.com www.ga­le­rie­du­pas­sage.com par Guiller­mo To­var y de Te­re­sa et Jaime Mo­re­no Villa­real (éd. Aza­bache).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.