« Un lieu qui m’a ins­pi­rée… »

La photographe So­phie Ris­tel­hue­ber a réa­li­sé cette vue de Nice, comme une fa­laise d’im­meubles, en 1986. Pour­quoi, comment ? Sou­ve­nir en quelques phrases.

AD - - LA PHOTO AD - Re­naud Le­grand. PAR

Quai des États-Unis, Nice.

« Je ve­nais de fi­nir un tra­vail sur les ruines de Bey­routh, et je me suis mise à tra­vailler sur la France. Je tra­vaillais à la chambre, c’était nou­veau pour moi. Bey­routh, c’est une ville oc­ci­den­tale, je l’ai vue comme ça, une ville oc­ci­den­tale où tout est dé­truit. Et j’ai vu la France, la côte d’Azur en aval des ruines de Bey­routh. Il y avait cette im­bri­ca­tion entre le vé­gé­tal et le bâ­ti, cet écra­se­ment de la construc­tion. J’ai connu la côte d’Azur des an­nées 1960... Sans doute est ex­pri­mée dans cette pho­to la vio­lence que nous nous fai­sons à nous-mêmes. » Après avoir pho­to­gra­phié les ruines de Bey­routh, So­phie Ris­tel­hue­ber (née en 1949) a ré­pon­du à l’in­vi­ta­tion de la Da­tar et tra­vaillé sur la na­ture et l’amé­na­ge­ment ur­bain de la côte d’Azur. L’homme, l’ar­chi­tec­ture, la des­truc­tion… des thèmes qu’elle pour­suit en­suite avec les pay­sages ra­va­gés par la guerre en Irak. So­phie Ris­tel­hue­ber par­ti­cipe, dans le cadre des Ren­contres d’Arles, à l’ex­po­si­tion Dans l’ate­lier de la mis­sion pho­to­gra­phique de la Da­tar. Jus­qu’au 24 sep­tembre à Arles. ren­contres-arles.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.