C’est quoi une arme

Mixtes, drilling, ex­press-drilling et

Armes de Chasse - - Dossier -

Il y a au­tant de com­bi­nai­sons et de types d’armes com­bi­nées que de jours de chasse dans une sai­son… Voi­là pour­quoi avant de se mettre en chasse d’une telle arme mieux vaut sa­voir de quoi on parle et sur­tout de quoi on a be­soin.

Il y a quelques sai­sons de ce­la, au siècle der­nier, un de mes amis or­ga­ni­sait chaque an­née une jour­née de chasse chez lui, avec la plus grande désor­ga­ni­sa­tion. Il me par­don­ne­ra, puis­qu’il s’agit d’un ami. Son bois étroit nous per­met­tait de faire une seule ligne mar­chante mais nous le bat­tions deux fois. Bat­tue et contre-bat­tue. La pre­mière était dé­diée au grand gi­bier, avec nos fu­sils char­gés de Bren­neke. Que nous tro­quions au re­tour contre de bonnes bourres grasses sur­mon­tées d’une couche de plombs n° 8. Im­man­qua­ble­ment, lièvres, bé­casses et fai­sans gi­claient à la pre­mière ma­noeuvre, sans es­suyer la moindre salve. De san­gliers il ne fut ja­mais ques­tion, quant aux che­vreuils, ils res­taient in­vi­sibles. Sur le tra­jet in­verse, avec nos fu­sils char­gés de gre­naille, la bre­douille était to­tale et sur­tout ac­com­pa­gnée d’un si­lence pe­sant. Certes, nous n’avions rien man­qué. Par­fois, his­toire de re­muer le cou­teau dans la plaie, un che­vreuil, las de s’être ca­mou­flé lors de notre tra­jet al­ler et trou­vant son bois par trop fré­quen­té, fi­nis­sait par jaillir dans les bottes de l’un d’entre nous qui le sa­luait… du re­gard. Sa jour­née était gâ­chée. Ces chasses au­raient pu être si dif­fé­rentes avec une arme com­bi­née !

L’an­ti-bre­douille

Une arme com­bi­née est le fruit de l’union d’un fu­sil de chasse et d’une carabine. Une arme qui com­bine ca­non lisse et ca­non rayé. La plus connue du genre est le mixte, la plus simple, la moins oné­reuse et la plus lé­gère. Un jux­ta­po­sé ou un su­per­po­sé à deux ca­nons, un lisse et un rayé. Mais le mixte est loin d’être le seul re­pré­sen­tant de la fa­mille, les com­bi­nai­sons sont si nom­breuses et di­ver­si­fiées que nous n’en ima­gi­nons pas toutes les pos­si­bi­li­tés. Drilling, ex­press-drilling, vier­ling, berg­stut­zen s’offrent éga­le­ment à nous dans des dis­po­si­tions tou­jours dif­fé­rentes. Pour en ju­ger, je­tez un oeil au cro­quis ci-contre. Les armes com­bi­nées ont été in­ven­tées en Eu­rope cen­trale. Elles étaient alors des armes d’ap­proche du grand gi­bier, tan­dis que le coup lisse per­met­tait de dé­bar­ras­ser le ter­ri­toire des cor­beaux, re­nards et autres nui­sibles ai­lés ou puants. C’est aus­si de cette fa­çon qu’elles furent uti­li­sées dans l’est de la France. Vers l’ouest, leur usage est plus ré­cent et plus spé­ci­fique, elles sont le plus sou­vent em­ployées en bat­tues de grand gi­bier pour cueillir un re­nard au plomb ou un la­pin, ou en­core à la bille­baude du pe­tit gi­bier pour être prêt à af­fron­ter un san­glier le cas échéant. Ces uti­li­sa­tions né­ces­sitent deux types de drilling, un ex­press-drilling avec ses deux coups rayés dans le pre­mier cas et un drilling avec ses deux coups lisses dans le se­cond. Ain­si, vous êtes prêt à faire face à toutes les si­tua­tions et à évi­ter la frus­tra­tion avant la bre­douille. Bien sûr, la contre­par­tie est une arme plus lourde qu’un simple fu­sil de chasse, mais c’est le prix à payer pour la po­ly­va­lence. Il faut que la bas­cule sup­porte les pres­sions su­pé­rieures du ca­non rayé – à titre in­di­ca­tif, un 7 x 65 R en dé­ve­loppe cinq à six fois plus qu’un ca­libre 12 ou 16. Les armes com­bi­nées se sont tou­te­fois al­lé­gées ces der­nières an­nées avec l’ar­ri­vée des bas­cules er­gal. Elles ont per­du ki­los superflus ain­si que quelques calibres trop chauds pour ces ma­té­riaux comme le 7 x 65 R ou le .30 R. Et dans le même temps elles ont ga­gné un ar­meur de sé­cu­ri­té, des ca­nons flot­tants, des dis­po­si­tions de ca­nons nou­velles.

Quel est votre be­soin ?

Pour au­tant le choix n’en est pas de­ve­nu plus com­plexe. Si vous vou­lez à tout prix une arme lé­gère, op­tez pour le mixte. Si vous vou­lez une arme à tout faire mais avec une pré­fé­rence pour le pe­tit gi­bier, choi­sis­sez l’arme qui offre le plus grand nombre de ca­nons lisses et le moins cho­kés pos­sible pour pou­voir y ti­rer des balles. Si votre pré­fé­rence va au grand gi­bier, op­tez au contraire pour le plus grand nombre de ca­nons rayés. Mais dans tous les cas, si vous avez une arme à trois ca­nons et si vous pa­na­chez car­touches à balle et à gre­naille, soyez vi­gi­lant à la sé­quence de tir, à la dis­po­si­tion des dé­tentes et à leur en­chaî­ne­ment. Eric Ma­the­lon, qui a mis un terme à ses ac­ti­vi­tés mais qui res­te­ra le père de l’ex­press-drilling mo­derne et fran­çais, l’avait bien com­pris. Sa pre­mière dé­tente se com­por­tait comme une mo­no-dé­tente et ne com­man­dait que les deux ca­nons rayés, la se­conde dé­clen­chait le tir du ca­non lisse. Ain­si vous pou­viez chas­ser l’es­prit se­rein sans craindre de sa­luer une bé­casse d’un coup de 9,3 ou un gros kei­ler d’une bourre grasse char­gée de 34 g de nu­mé­ros 9. Le pre­mier tir étant dan­ge­reux pour vos voi­sins, le se­cond pour vous. En plus de ces dé­tentes et sé­lec­teur de dé­tente, une arme com­bi­née est par­fois do­tée d’un ar­meur de sé­cu-

Ce vieux drilling Mer­kel de 1927 avec son op­tique d’époque vient nous rap­pe­ler que les armes com­bi­nées sont une in­ven­tion d’Eu­rope cen­trale.

Un vier­ling, deux ca­nons lisses de même ca­libre et deux rayés de calibres dif­fé­rents.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.