.300 Mag contre 8x68S

Is­sus de deux ca­té­go­ries dis­tinctes?

Armes de Chasse - - Sommaire -

Is­sus de deux ca­té­go­ries dis­tinctes ?

Match im­pro­bable, la com­pa­rai­son entre ces deux types de mu­ni­tions ne peut re­po­ser uni­que­ment sur les per­for­mances. Bien que re­mar­quable, la car­touche de 8 x 68 S semble bien en re­tard sur les dif­fé­rents .300 Mag­num. Dé­lais­sée par les fa­bri­cants d’armes, as­sez li­mi­tée en choix de balles, a-t-elle mal­gré tout ses chances ?

Si­nistre an­née 1933, Hit­ler ac­cède au poste de chan­ce­lier en Al­le­magne. Goe­ring est res­pon­sable des chasses du Reich. Fé­ru de chasse et de tech­nique, il éta­blit de nom­breuses lois cy­né­gé­tiques tou­jours en vi­gueur au­jourd’hui. On pré­tend qu’il au­rait pous­sé Schü­ler à dé­ve­lop­per une 8 mm à hautes per­for­mances. Si les faits his­to­riques se perdent en conjec­tures, il n’en reste pas moins qu’ap­pa­raît, en 1938, le 8 x 68 S de Schü­ler que beau­coup at­tri­buent à tort à Vom Hofe. La Se­conde Guerre mon­diale em­pêche sa dif­fu­sion et il ne fait sa per­cée que dans les an­nées 50, lorsque les chas­seurs al­le­mands sont à nou­veau au­to­ri­sés à dé­te­nir des armes.

Com­pa­rable au .300, proche du .338

Mag­num sans en avoir le nom ni la cein­ture, le 8 x 68 S pos­sède un étui de grande ca­pa­ci­té plu­tôt mo­derne de concep­tion. Dis­po­nible uni­que­ment en alé­sage large, il n’y a pas de ver­sion à bour­re­let. Le pas de rayure de 11 pouces re­te­nu par Schü­ler li­mite la vi­tesse de ro­ta­tion pour pré­ser­ver l’in­té­gri­té des che- mises des balles de l’époque. Un pas de 10 pouces convien­drait mieux au­jourd’hui. L’étui so­lide de grande ca­pa­ci­té au­to­rise des pres­sions éle­vées, in­fé­rieures ce­pen­dant aux mu­ni­tions mo­dernes ( short mag­num). Les spé­cia­listes eu­ro­péens ou amé­ri­cains le com­parent au .300 Wea­ther­by tout en lui don­nant l’avan­tage en rai­son de sa sur­face fron­tale plus im­por­tante. Proche du .338 Win­ches­ter Mag, il lui est su­pé­rieur dans cer­tains char­ge­ments. Des po­lé­miques sont nées de son uti­li­sa­tion en Afrique par des chas­seurs fran­çais, où il connais­sait des pro­blèmes de sur­pres­sion. Si cer­taines armes sont plus sen­sibles que d’autres aux pres­sions éle­vées, il semble que le phé­no­mène ait été exa­gé­ré. Al­le­mands, Au­tri­chiens, Es­pa­gnols n’en font pas cas. Les poudres mo­dernes ré­duisent ce risque pour peu qu’on ne laisse pas ses car-

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.