Ni­tro­gly­cé­rine, ou le sa­laire de la peur

Armes de Chasse - - Balistique Du Fusil -

La ni­tro­gly­cé­rine, base de la cor­dite, s’ob­te­nait en ver­sant goutte à goutte un corps gras dans un concen­tré d’acide ni­trique et sul­fu­rique. Le li­quide jau­nâtre et hui­leux ob­te­nu dé­to­nait au moindre choc – c’est le thème de l’in­ou­bliable film de Clou­zot Le Sa­lai­re­de­la­peur. Dix fois plus puis­sant que la poudre noire, il était de ce fait très em­ployé en mi­lieu mi­nier. C’est aus­si grâce à lui que com­men­cèrent à être per­cés les grands tun­nels eu­ro­péens comme ce­lui du mont Saint-Go­thard dans les Alpes. Il ne fut en re­vanche ja­mais em­ployé en tant que tel sur le plan mi­li­taire et pour les armes et mu­ni­tions en gé­né­ral, même s’il en­tra dans la com­po­si­tion de nom­breux ex­plo­sifs. No­bel s’in­sur­gea contre le dé­tour­ne­ment de son bre­vet, l’af­faire traî­na à la chan­cel­le­rie bri­tan­nique jus­qu’en 1892. Il per­dit, fit ap­pel à la Chambre des lords où il per­dit en­core en 1895. Il réus­sit mal­gré tout à pla­cer sa bal­lis­tite un peu par­tout (Al­le­magne, Suède, Nor­vège), tan­dis que la France et ses amis (Etats-Unis, Rus­sie) em­ployaient la poudre B. Et la cor­dite s’im­plan­ta néan­moins dans tout l’Em­pire bri­tan­nique, sur le­quel le so­leil ne se cou­chait ja­mais.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.