Que reste-il de ce beau poème...

Art Press - - LIVRES - Fé­lix Rehm

Yel­low now En 1997, Jean-Yves Jouan­nais ren­dait hom­mage, dans Ar­tistes sans oeuvres, à des écri­vains, des ar­tistes, des voya­geurs, qui n’ont rien (ou très peu) pro­duit, mais qui ont néan­moins un rôle à va­loir (par « leurs gestes, leurs idées, leurs éner­gies ») dans l’his­toire de l’art. Un au­teur ima­gi­naire, Fé­li­cien Mar­boeuf ( 18541924), est in­tro­duit au sein de cette com­mu­nau­té. Fi­gure tu­té­laire pour les écri­vains de son époque, Mar­boeuf au­rait beau­coup cor­res­pon­du avec Mar­cel Proust et été à l’ori­gine de nom­breux mo­tifs de la Re­cherche. En 2009, Jouan­nais or­ga­nise à la Fon­da­tion Ri­card une ex­po­si­tion dans la­quelle il de­mande à des ar­tistes de lui ré­vé­ler ce qu’il ne sait pas en­core sur ce per­son­nage dis­cret. Alain Ri­vière prête à Mar­boeuf une ma­nie : col­lec­tion­ner les pho­to­gra­phies des écri­vains de son époque, se te­nant face à l’ob­jec­tif ou dans leur lit, les yeux clos. Que reste-il de ce beau poème que tu m’as lu der­rière un meuble? est une re­prise de ce tra­vail. Il s’ouvre sur quatre lettres in­édites de la cor­res­pon­dance entre Mar­boeuf et Proust, ayant trait à des ex­pé­riences de bor­del et au som­meil d’Al­ber­tine qui ex­cite tant le nar­ra­teur. Suivent les pho­to­gra­phies tout en pau­pières, avec, en vis-à-vis, des bu­vards vides, par­fois re­cou­verts de gri­bouillis, de des­sins ou de traces de verre de vin lais­sées au cours de séances de tra­vail sté­riles. Ce beau carnet noir, aux tranches tein­tées de rouge, ouvre sur une nuit pas­sée à rê­ver d’écrire des livres qui existent dé­jà (consul­tables dans la barbe de Mel­ville ou entre les draps de Flau­bert) ou d’autres à ve­nir. Cette col­lec­tion ex­hu­mée par Alain Ri­vière n’est ni ma­cabre ni fé­ti­chiste, Mar­boeuf re­cour­rait à une ruse connue : en­dor­mir les géants pour pou­voir si­gner son oeuvre du nom de Per­sonne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.