COM­MENT DE­VE­NIR OB­JET?

Art Press - - AESTHETICS -

La no­tion de time-ba­sed art [art fon­dé sur le temps] est ré­cur­rente dans vos es­sais. Pour­quoi est-elle si im­por­tante ? Cette no­tion dé­signe les ins­tal­la­tions qui com­prennent des vi­déos, des films ou des en­re­gis­tre­ments so­nores. Elles me pa­raissent cru­ciales en ce qu’elles thé­ma­tisent notre re­la­tion au temps. Les images fixes, comme la pein­ture et la sculp­ture, pré­do­mi­nantes dans les es­paces d’ex­po­si­tion, s’ins­crivent dans une du­rée in­dé­fi­nie : elles ne pro­blé­ma­tisent pas la du­rée. Les pièces de théâtre et les films au sens clas­sique du terme non L’art, par­mi beau­coup d’autres choses, est la seule ac­ti­vi­té so­ciale dont l’in­di­vi­du est of­fi­ciel­le­ment te­nu pour res­pon­sable. D’ha­bi­tude, ce­lui-ci est ab­sor­bé par les ins­ti­tu­tions, les par­tis po­li­tiques ou l’en­tre­prise. La res­pon­sa­bi­li­té in­di­vi­duelle n’émerge que lors­qu’il y a crime. L’his­toire des ana­lo­gies entre l’art et le crime est longue, mais je ne veux pas l’évo­quer plus en dé­tail ici. Il suf­fit de sou­li­gner que les ré­seaux contem­po­rains ne rendent pas l’art ano­nyme, pour la bonne rai­son qu’ils ne

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.