Marion Ver­boom

Art Press - - EXPOSITIONS - Erik Ve­rha­gen

Mu­sée de l’ab­baye Sainte-Croix / 4 juillet - 1er no­vembre 2015 L’oeuvre de Marion Ver­boom est gour­mande et gé­né­reuse. Sans cesse re­nou­ve­lées et té­moi­gnant d’une prise de risques per­ma­nente, les sculp­tures conçues par l’ar­tiste de­puis la se­conde moi­tié des an­nées 2000 ne sau­raient se plier à une charte es­thé­tique clai­re­ment iden­ti­fiable. Au­cune si­gna­ture à pro­pre­ment par­ler ne pour­rait leur ser­vir de fil conduc­teur, au­cune thé­ma­tique ou pro­blé­ma­tique ré­cur­rentes les fé­dé­rer si ce n’est un goût af­fir­mé et af­fi­ché par Ver­boom pour l’ap­pro­pria­tion de sources dis­pa­rates, de ré­per­toires for­mels com­plé­men­taires ou de tech­niques di­verses qui ont ja­lon­né l’his­toire de l’art, aus­si bien « an­cienne » que « contem­po­raine ». Le mi­ni­ma­lisme y oc­cupe en toute lé­gi­ti­mi­té une place de choix. Aus­si n’est-il pas rare d’être confron­té à tra­vers ses pièces à des mo­dules ou dis­po­si­tifs ré­pé­ti­tifs et per­mu­tables, à des « pré­sences » sol­li­ci­tant la dé­am­bu­la­tion d’un spec­ta­teur in­vi­té à en dé­cons­truire les pa­ra­mètres fluc­tuants. Ici, l’oeuvre conçue pour l’atrium ré­pond à cette exi­gence et rap­pelle d’autres pro­po­si­tions de l’ar­tiste, à l’image de Loess 1 (2012). Des co­lonnes for­mées de blocs sculp­tés et mou­lés ren­voyant à de mul­tiples ré­fé­rences ha­bitent et in­ter­agissent avec l’es­pace d’ex­po­si­tion. À au­cun mo­ment, il nous est per­mis d’em­bras­ser d’un re­gard la to­ta­li­té des co­lonnes. On a beau tour­ner au­tour, la pé­né­trer, s’en ap­pro­cher, se te­nir à dis­tance et / ou dé­mul­ti­plier les points de vue, l’oeuvre nous met sys­té­ma­ti­que­ment en si­tua­tion d’échec. Mais nous donne en contre­par­tie l’im­pres­sion d’avoir re­trou­vé une forme d’hu­mi­li­té que très peu de tra­vaux contem­po­rains sont en me­sure de nous pro­cu­rer. Marion Ver­boom’s constant­ly chan­ging sculp­tures at­test to a cea­se­less ap­pe­tite for risk. Her work has evol­ved constant­ly over the last de­cade, and can­not be pi­geon­ho­led. She has no si­gna­ture style, no re­cur­ring themes or is­sues to pro­vide co­he­sion—ex­cept for her pro­noun­ced taste for ap­pro­pria­ting from dis­pa­rate sources and com­ple­men­ta­ry for­mal re­per­to­ries, and the va­rious tech­niques that have mar­ked art, both in the past and the recent present. Mi­ni­ma­lism, quite le­gi­ti­ma­te­ly, has pride of place. Ma­ny of her pieces are com­pri­sed of re­pe­ti­tive or per­meable mo­dules, or “pre­sences” that in­vite vi­si­tors to walk around them and de­cons­truct their fluc­tua­ting pa­ra­me­ters. A site-spe­ci­fic piece de­si­gned for the atrium here is meant for exact­ly that pur­pose. It re­calls some of this ar­tist’s pre­vious work, such as Loess 1 (2012). Co­lumns made of sculp­ted and cast blocks with mul­tiple re­fe­rences in­ha­bit and in­te­ract with the ex­hi­bi­tion space. We can ne­ver see all the co­lumns at once no mat­ter what we do—walk around or bet­ween them, move clo­ser or fur­ther away, or look from va­rious angles. On the other hand, this piece gives us a sense of hu­mi­li­ty that ve­ry few contem­po­ra­ry ar­tists are ca­pable of im­par­ting.

Translation, L-S Tor­goff

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.