Beau­té Con­go

Art Press - - EXPOSITIONS - Anaël Pi­geat

Fon­da­tion Car­tier pour l’art contemporain / 11 juillet - 15 no­vembre 2015 Beau­té Con­go donne ha­bi­le­ment à voir une vé­ri­table re­mon­tée dans le temps, un siècle de créa­tion entre Kin­sha­sa et Lu­bum­ba­shi. An­dré Ma­gnin, qui était l’un des com­mis­saires de Ma­gi­ciens de la Terre en 1989, montre une his­toire de l’art en train de s’écrire, celle d’une mo­der­ni­té ex­tra-oc­ci­den­tale – un su­jet qui oc­cupe au­jourd’hui de nom­breux cher­cheurs et dont l’ac­cro­chage Mo­der­ni­tés plu­rielles (2013) au Centre Pom­pi­dou était un exemple par­mi d’autres. L’ex­po­si­tion montre d’abord des oeuvres de jeunes ar­tistes congo­lais qui com­mencent à être re­con­nus sur la scène in­ter­na­tio­nale : le col­lec­tif Eza Pos­sibles, le pho­to­graphe Ki­ri­pi Ka­tem­bo et ses trou­blantes images de Kin­sha­sa ré­vé­lées dans des flaques d’eau (il est dé­cé­dé bru­ta­le­ment quelques jours après l’ou­ver­ture de l’ex­po­si­tion), Steve Ban­do­ma et ses pein­tures col­lages cau­che­mar­desques, Pa­thy Tshin­dele et ses rois dé­ri­soires. De­puis une tren­taine d’an­nées, on connaît bien le mou­ve­ment des « peintres po­pu­laires », ac­cro­ché dans l’es­pace prin­ci­pal du rez-de­chaus­sée. Chéri Sam­ba, qui fai­sait par­tie de Ma­gi­ciens de la Terre, en est l’un des prin­ci­paux re­pré­sen­tants ; il montre un bel en­semble de ses ta­bleaux, en par­ti­cu­lier ses pre­miers au­to­por­traits. Chéri Ché­rin est pré­sent éga­le­ment, avec son Parle men­teurs des par­tis pour­ri­tiques, drôle d’as­sem­blée d’ani­maux sau­vages sa­ge­ment as­sis dans un hé­mi­cycle. Hé­ri­tière de ces peintres po­pu­laires, une nou­velle gé­né­ra­tion est ap­pa­rue no­tam­ment à tra­vers JP Mi­ka et Cheik Le­dy ; non moins flam­boyantes que celles de leurs aî­nés, leurs toiles sont ha­bi­tées par l’es­prit des sa­peurs et évoquent sou­vent le des­tin de l’Afrique. La re­mon­tée dans le temps se pour­suit au sous-sol par de belles scènes de rue et de fêtes dans des clair­sobs­curs vio­la­cés, par le peintre Moke. L’image de la ville dé­vo­rante se ré­vèle dans un ju­di­cieux dia­logue entre les ma­quettes fan­tas­tiques de Bo­dys Isek Kin­ge­lez et les na­vettes spa­tiales de Rigobert Ni­mi. Elles font face à des pho­to­gra­phies des an­nées 1950 et 1960 où les élé­gants posent dans des stu­dios ou dans des rues. La der­nière salle de l’ex­po­si­tion ré­serve enfin de franches dé­cou­vertes, fruit des re­cherches qu’An­dré Ma­gnin ra­conte dans un pas­sion­nant texte du ca­ta­logue. D’abord celle de « l’ate­lier du Han­gar », école dont les prin­ci­paux re­pré­sen­tants, Be­la, Mwenze Kib­wan­ga ou Pi­li­pi­li Mu­lon­goy, ont tra­vaillé sous la pro­tec­tion du Fran­çais Pierre Ro­main-Des­fos­sés, an­cien mi­li­taire ins­tal­lé au Con­go après sa dé­mo­bi­li­sa­tion. Ils peignent une nature luxu­riante dans la­quelle « les pois­sons volent et les oi­seaux nagent ». Un peu plus tôt, dans les an­nées 1920, deux Belges, Georges Thi­ry et Gas­ton-De­nys Pé­rier, avaient sou­te­nu Al­bert et An­toi­nette Lu­ba­ki, ain­si que Dji­la­ten­do : entre mo­tifs abs­traits ins­pi­rés des tis­sages tra­di­tion­nels, élé­phants aux cou­leurs bleu­tées, scènes d’ini­tia­tions tri­bales et par­fois re­pré­sen­ta­tions des co­lons eu­ro­péens, ces oeuvres sur pa­pier ont une fraî­cheur qui n’a rien à en­vier à celles de Keith Ha­ring ou de A.R. Penck. Il n’y a pas de liens for­mels sys­té­ma­tiques entre ces dif­fé­rentes écoles, mais un es­prit des lieux s’y manifeste avec force. Beau­té Con­go skill­ful­ly takes us back in time, through a cen­tu­ry of art-ma­king in Kin­sha­sa and Lu­bum­ba­shi. An­dré Ma­gnin, who hel­ped cu­rate Ma­gi­ciens de la terre in 1989, traces the emer­gence of this non-Wes­tern ver­sion of mo­der­ni­ty, a sub­ject of in­ter­est to ma­ny contem­po­ra­ry re­sear­chers, as re­flec­ted in the recent han­ging of the per­ma­nent col­lec­tion at the Pom­pi­dou, Mo­der­ni­tés Plu­rielles (2013). The show starts with works by young Con­go­lese ar­tists who are star­ting to make a name on the in­ter­na­tio­nal scene: the Eza Pos­sibles col­lec­tive, pho­to­gra­pher Ki­ri­pi Ka­tem­bo and his trou­bling images of Kin­sha­sa re­flec­ted in pud­dles (the ar­tist was struck down by ce­re­bral ma­la­ria at the age of 36, on­ly a few days af­ter the show ope­ned), Steve Ban­do­ma and his night­ma­rish col­lage pain­tings, and Pa­thy Tshin­dele and her clow­nish kings. Fa­mi­liar on art cir­cuits for going on th­ree de­cades now, the “po­pu­lar pain­ters” get the big first-floor room, and their best-known fi­gure, Chéri Sam­ba, al­so in­vol­ved with Ma­gi­ciens de la terre, has a fine selection that in­cludes his first self­por­traits. Chéri Ché­rin’s no­te­wor­thy Parle men­teurs des par­tis pour­ri­tiques conjures up a weird as­sem­bly of wild ani­mals sit­ting po­li­te­ly on their benches in the jungle. In the youn­ger ge­ne­ra­tion, JP Mi­ka and Cheik Le­dy are just as flam­boyant. Their pain­tings com­bine po­li­ti­cal and his­to­ri­cal re­fe­rences with the sa­peur spi­rit. In the ba­se­ment we go fur­ther back in his­to­ry with Moke’s fine street and par­ty scenes done in purple-tin- ged chia­ros­cu­ro. The ogre of ur­ban life is evo­ked in the ju­di­cious dia­logue bet­ween the fan­ta­sy ma­quettes Bo­dys Isek Kin­ge­lez and the spa­ce­craft drea­med up by Rigobert Ni­mi. Fa­cing them, pho­to­graphs from the 1950s and 1960s show tren­dy young­sters pea­co­cking in street or stu­dio. The fi­nal room offers some real dis­co­ve­ries, re­sul­ting from the re­search that Ma­gnin re­counts in his fas­ci­na­ting ca­ta­logue text. First is the “Ate­lier du Han­gar,” whose main ar­tists, Be­la, Mwenze Kib­wan­ga and Pi­li­pi­li Mu­lon­goy wor­ked un­der the pro­tec­tion of Pierre Ro­main-Des­fos­sés, who set­tled in Con­go af­ter he was de­mob­bed from the French ar­my. They paint luxu­riant vi­sions of nature in which “fish fly and birds swim.” A lit­tle ear­lier, in the 1920s, two Bel­gians, Georges Thi­ry and Gas­ton-De­nys Pé­rier, sup­por­ted the work of Al­bert and An­toi­nette Lu­ba­ki, and Dji­la­ten­do. With mo­tifs ins­pi­red by tra­di­tio­nal tex­tiles, bluish ele­phants, tri­bal ini­tia­tion scenes and even pic­tures of Eu­ro­pean co­lo­nists, their works on pa­per are eve­ry bit as fresh and bold as those of Keith Ha­ring or A.R. Penck. There are no sys­te­ma­tic, for­mal links bet­ween these dif­ferent schools, but the spi­rit of place is for­ce­ful­ly present here.

Translation, C. Pen­war­den

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.