OEIL VO­LANT

Art Press - - LIVRES -

À l’ap­pui de son ex­plo­ra­tion théo­rique, Bre­de­kamp convoque une va­rié­té ver­ti­gi­neuse d’exemples qu’il or­ga­nise dans une ty­po­lo­gie à trois en­trées. Pre­mière des ca­té­go­ries avan­cées, « l’acte d’image sché­ma­tique » re­po­se­rait sur une « vi­vi­fi­ca­tion », que l’au­teur voit à l’oeuvre dans les « ta­bleaux vi­vants » ou les au­to­mates, ob­jet de re­cherche an­cien de Bre­de­kamp. Ici le vi­vant prend l’ap­pa­rence d’une image, là l’ob­jet semble s’ani­mer tel le vi­vant. Deuxième ca­té­go­rie, « l’acte d’image sub­sti­tu­tif » vise l’échange mu­tuel du corps et de l’image. La Ve­ra Icon, mo­dèle chré­tien de l’image pro­duite par con­tact consti­tue l’une des ori­gines de cet em­bran­che­ment de l’acte d’image. La sub­sti­tu­tion fait de l’image l’équi­valent, trace ou sym­bole, d’un corps in­di­vi­duel (dans le cas des em­preintes di­gi­tales) ou col­lec­tif. C’est, se­lon Bre­de­kamp, au sein de cette ca­té­go­rie que se pro­duisent les dé­rè­gle­ments contem­po­rains, lorsque l’on traite les images comme des corps ou les corps comme des images. « Les formes ex­trêmes de la sub­sti­tu­tion, met en garde l’au­teur, font de la sé­pa­ra­tion de l’image et du corps un de­voir si l’on veut main­te­nir vi­vant le pro­gramme des Lu­mières. » « L’acte d’image in­trin­sèque » est la troi­sième des ca­té­go­ries pro­po­sées par l’his­to­rien, dont on peine par­fois à suivre la co­hé­rence. Com­men­çant par l’étude de la fas­ci­na­tion et de la peur sus­ci­tées par le « re­gard de l’image », l’au­teur passe en­suite à l’idée d’une « ma­gie de la cou­leur » chez Rem­brandt ou Ti­tien, pour bi­fur­quer sur les des­sins et les mo­dèles d’ar­chi­tec­ture et ter­mi­ner sur la « formule de pa­thos » chez War­burg. Les quelques pages consa­crées au concept de mo­dèle, en ar­chi­tec­ture et en science, à l’exemple des dia­grammes de Dar­win, consti­tuent un des pas­sages les plus sti­mu­lants de l’ou­vrage. Dans le dé­tail de ses ana­lyses, ce livre se ré­vèle pas­sion­nant. Mais c’est aus­si l’am­bi­tion de l’éla­bo­ra­tion théo­rique, dont le lec­teur est comme par­tie pre­nante, qui fas­cine. Il est vrai que cette ten­ta­tive d’élu­ci­da­tion de l’acte d’image passe par des mo­ments d’obs­cur­cis­se­ment, signe d’une pen­sée en mou­ve­ment. Le texte dé­livre aus­si quelques images fou­droyantes. Ain­si, à pro­pos de l’em­blème d’Al­ber­ti fi­gu­rant un oeil vo­lant : « L’oeil est comme une bles­sure qui palpe et re­garde, un or­gane vo­lant au­to­nome. »

Jo­han Po­pe­lard

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.