Patrick Au­tréaux

La Voix écrite Ver­dier, 136 p., 16 eu­ros

Art Press - - LIVRES - Fran­çois Poi­rié

En 2006, Patrick Au­tréaux avait dé­ci­dé d’ar­rê­ter sa pra­tique de psy­chia­trie d’ur­gence. Après un trip­tyque sur l’ex­pé­rience de la ma­la­die ( Dans la val­lée des larmes, Soi­gner et Se sur­vivre), il avait pu­blié un ro­man, les Irréguliers. Dans son nou­veau livre, la Voix écrite, un ré­cit bou­le­ver­sant mais sans pa­thos, le pro­pos est pro­fond : les liens entre ma­la­die, mé­de­cine et écri­ture sont in­ter­ro­gés sans conces­sions, avec, en ar­rière-fond, l’ami­tié d’un vieil homme, Max, être sub­til et mys­té­rieux, psy­cha­na­lyste qui pense que « les livres nous ana­lysent aus­si, même ceux que nous n’ai­mons pas ». Le nar­ra­teur tombe gra­ve­ment ma­lade (un can­cer). La réa­li­té de­vient im­pla­cable, le temps ex­clut l’ima­gi­naire, l’an­goisse est de chaque ins­tant. Seuls quelques livres de­meurent li­sibles : ceux de Char­lotte Del­bo, Être sans des­tin d’Imre Ker­tész, les mys­tiques… Im­pos­sible, en re­vanche, de to­lé­rer les écri­vains qui mentent, qui trichent. La peur de mou­rir ne sup­porte que la vé­ri­té. La vé­ri­té, Max, son édi­teur et ami, la lui ap­porte. Ils nouent une ami­tié sans fard, où la dif­fé­rence d’âge ne si­gni­fie pas grand-chose et n’em­pêche pas les confidences les plus es­sen­tielles. Re­la­tion in­fi­ni­ment pré­cieuse qui ai­de­ra le jeune mé­de­cin qu’est le nar­ra­teur à se muer en écri­vain à part en­tière. Au­tréaux dé­crit ma­gni­fi­que­ment, par pe­tites touches, les per­sonnes et les si­tua­tions. Et n’hé­site pas à convo­quer les sen­ti­ments, les ef­frois, les pleurs. Quant à l’écri­ture, il s’agit de « creu­ser, creu­ser en soi, creu­ser sa pen­sée en s’évi­dant, en s’em­plis­sant d’es­pace, de temps, de vide ; et écrire ce que l’on doit ». La voix qui écrit en nous ré­pond-elle à une mis­sion, à une culpa­bi­li­té, à une sorte de séparation de soi, qui nous obligent à per­sé­vé­rer ? « J’ai tou­jours choi­si l’école des en­tê­tés » est la ré­ponse de Patrick Au­tréaux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.