Da­niel Spoer­ri : les da­das des deux Da­niel Au­tour du Nou­veau Réa­lisme

Les Abat­toirs / 2 fé­vrier - 28 mai 2017

Art Press - - CONTENTS -

« Ne pas ou­blier que la France n’est pas seule­ment Pa­ris », rap­pe­lait Jack Lang lors de la prise de fonc­tion de Do­mi­nique Bo­zo à la tête du Mu­sée na­tio­nal d’art mo­derne en 1981. Pour le qua­ran­tième an­ni­ver­saire du Centre Pom­pi­dou, ses res­pon­sables se sont sou­ve­nus de ces pa­roles. Une quin­zaine d’oeuvres du Nou­veau Réa­lisme ont ain­si été prê­tées aux Abat­toirs où, de­puis de nom­breuses an­nées, dé­jà, ont été trans­fé­rés, à la fa­veur de dé­pôts suc­ces­sifs, pas moins de 500 oeuvres d’art (des an­nées 1960 à 1980 en­vi­ron) et quelque 700 ob­jets (« exo­tiques ») of­ferts au Centre par Da­niel Cor­dier. À par­tir de ces oeuvres et ob­jets sont nées deux ex­po­si­tions ori­gi­nales : l’une au­tour des Nou­veaux Réa­listes et ar­tistes ap­pa­ren­tés ; l’autre conçue par Da­niel Spoer­ri et re­grou­pant d’in­nom­brables ob­jets de cu­rio­si­té pro­ve­nant tant de la col­lec­tion Cor­dier que des siennes propres. Il faut le dire d’em­blée : les prêts consen­tis spé­cia­le­ment par le Centre pour la pre­mière de ces ma­ni­fes­ta­tions ne re­flètent pas la ri­chesse des col­lec­tions du mu­sée, re­mar­qua­ble­ment do­té en la ma­tière. Si les Abat­toirs tirent mal­gré tout leur épingle du jeu, c’est d’une part en rai­son de l’ex­cep­tion­nel « dé­pôt Cor­dier », au sein du­quel les oeuvres du mou­ve­ment sont rares mais spec­ta­cu­laires, à l’ins­tar de la grande com­pres­sion rouge de Cé­sar, Coque Val­le­lun­ga n°1 (dite Cham­pionne), de 1986 ; c’est d’autre part en rai­son de nom­breux prêts com­plé­men­taires, pri­vés ou pu­blics, no­tam­ment au mu­sée Tin­gue­ly de Bâle, le­quel s’est dé­par­ti d’une im­mense ma­chine ani­mée, pour­vue de roues et de mi­roirs qui se meuvent len­te­ment – hom­mage mé­lan­co­lique du sculp­teur à son ami Yves Klein. L’ex­po­si­tion par­vient aus­si à s’im­po­ser par son usage abon­dant et ju­di­cieux d’ex­traits de films. À l’ex­cep­tion du Por­trait-d’Ar­man, Beau­bourg n’a en­voyé au­cune oeuvre ma­jeure de Klein, mais au moins peut-on voir, grâce à l’image fil­mée, com­ment ce der­nier réa­li­sait ses An­thro­po­mé­tries et ses pein­tures de feu – et le spec­tacle vaut d’être vu ! En­fin, il convient de men­tion­ner les oeuvres des Abat­toirs eux-mêmes : une mo­nu­men­tale af­fiche de Ville­glé en six pan­neaux, par exemple, ain­si que le film de Spoer­ri et To­ny Mor­gan, Ré­sur­rec­tion. Quant à la se­conde ex­po­si­tion, elle re­gorge pa­reille­ment de sur­prises. Pré­sen­tés sous la forme d’en­sembles, les ob­jets amas­sés par Spoer­ri té­moignent de la ca­pa­ci­té d’in­ven­tion des hommes et ra­content leur his­toire. À cô­té des pierres de rêves et des co­raux mon­tés sur socle dis­tin­gués par Cor­dier, les col­lec­tions de cannes dé­co­rées, de mas­ti­ca­teurs, de chaus­sures d’en­fants ou de chausse-pieds de Spoer­ri illus­trent et exaltent le pro­pos qui a tou­jours été le sien : ap­pro­cher la culture « par la porte de ser­vice ». En écho à ces ex­po­si­tions, le pre­mier étage ac­cueille plu­sieurs ins­tal­la­tions de jeunes ar­tistes, par­mi les­quelles on a re­te­nu celles de Joël An­dria­no­mea­ri­soa et de Ke­vin Rouillard.

Ca­the­rine Franc­blin “Don’t for­get that there’s more to France than Pa­ris,” Jack Lang re­mar­ked when Do­mi­nique Bo­zo be­came head of the Mu­sée Na­tio­nal d’Art Mo­derne at the Pom­pi­dou Cen­ter in 1981. For the Cen­ter’s for­tieth an­ni­ver­sa­ry, its ma­na­ge­ment re­mem­be­red these words by len­ding fif­teen pieces from its Nou­veau Réa­lisme col­lec­tion to the Abat­toirs. This mo­dern and contem­po- ra­ry art mu­seum in Toulouse al­rea­dy had, on per­ma­nent loan, no less than five hun­dred art­works (most­ly from the 1960s and 70s) and some se­ven hun­dred “exo­tic” ob­jects do­na­ted to the Cen­ter by Da­niel Cor­dier. This wealth was used to mount two high­ly ori­gi­nal ex­hi­bi­tions, one of work by the Nou­veaux Réa­listes and ar­tists as­so­cia­ted with that school, and the other, cu­ra­ted by Da­niel Spoer­ri, a cu­rio­si­ty ca­bi­net fea­tu­ring in­nu­me­rable ob­jects from the Cor­dier col­lec­tion and his own. The pro­blem is that these works on spe­cial loan from the Pom­pi­dou Cen­ter for the first of these two ex­hi­bi­tions do not re­flect the rich­ness of its hol­dings, a re­mar­kable col­lec­tion of Nou­veau Réa­lisme work. If the Abat­toirs suc­ceeds af­ter all, it is due, on the one hand, to the ex­cep­tio­nal “Cor­dier de­po­sit,” with its rare and spec­ta­cu­lar pieces from that school, such as the large-scale Cé­sar “com­pres­sion” Coque Val­le­lun­ga n°1 (1986, a cru­shed ra­cing car), and on the other, the ma­ny other pri­vate and pu­blic mu­seum loans, es­pe­cial­ly from the Tin­gue­ly mu­seum in Ba­sel, which pro­vi­ded an im­mense ma­chine with slow­ly mo­ving wheels and mir­rors, a me­lan­cho­ly tri­bute to Yves Klein. Ano­ther strength of this ex­hi­bi­tion is its co­pious and ju­di­cious use of film ex­cerpts. With the ex­cep­tion of Klein’s Por­trait (of Ar­man), the Pom­pi­dou Cen­ter sent none of his best work. But thanks to a film, Toulouse vi­si­tors could still watch Klein ma­king his An­thro­po­mé­tries and fire pain­tings, which is quite a sight. Last­ly, the work from the Abat­toirs’ own col­lec­tion should be men­tio­ned, such as an en­or­mous Ville­glé six­pa­nel pos­ter, and Ré­sur­rec­tion, a mo­vie by Spoer­ri and To­ny Mor­gan. The se­cond of these two shows is al­so full of sur­prises. The ob­jects amas­sed by Spoer­ri, pre­sen­ted in en­sembles, are tes­ta­ment to hu­ma­ni­ty’s in­ven­ti­ve­ness and tell its his­to­ry. Along­side Cor­dier’s dream stones and co­ral moun­ted on pe­des­tals, Spoer­ri’s col­lec­tions of de­co­ra­tive canes, den­tal ap­pliances, chil­dren’s foot­wear and shoe­horns illus­trate and illu­mi­nate his long­time sta­ted goal of ap­proa­ching culture “through the ser­vice en­trance.” Com­ple­men­ting these ex­hi­bi­tions, the mu­seum’s se­cond floor fea­tures se­ve­ral ins­tal­la­tions by young ar­tists, most no­ta­bly Joël An­dria­no­mea­ri­soa and Ke­vin Rouillard.

Trans­la­tion, L-S Tor­goff

Cé­sar. « Coque Val­le­lun­ga n°1 ». 1986. Do­na­tion Da­niel Cor­dier à l’État (1989), dé­pôt du Mnam/ CCI aux Abat­toirs (1999). (© SBJ; Ph. Centre Pom­pi­dou, MNAM-CCI/ Phi­lippe Mi­geat / Dist. RMN-GP). “Val­le­lun­ga Shell”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.