EX­PÉ­RIENCE INTÉRIEURE ET COM­MU­NI­CA­TION

Art Press - - ARTPRESS 2 -

Par­ler d’ « ex­pé­rience intérieure » est im­mé­dia­te­ment pro­blé­ma­tique, et cette ex­po­si­tion, por­tant le titre d’In­té­rio­ri­tés, sou­haite di­rec­te­ment sou­li­gner ce pa­ra­doxe : l’ex­pé­rience intérieure n’est pas une ex­pé­rience pu­re­ment sub­jec­tive comme on pour­rait le croire, mais bien plus une ma­nière d’ac­cé­der à l’inconnu et de sor­tir de soi. « Sup­pres­sion du su­jet et de l’ob­jet, seul moyen de ne pas abou­tir à la pos­ses­sion de l’ob­jet par le su­jet, c’est-à-dire d’évi­ter l’ab­surde ruée de l’ipse vou­lant de­ve­nir le tout ». Ce mou­ve­ment d’abo­li­tion des fron­tières entre le su­jet et le monde s’ef­fec­tue par ce que Ba­taille ap­pelle la « com­mu­ni­ca­tion » : c’est un mou­ve­ment d’ou­ver­ture et d’ex­tase, sou­vent im­par­fait chez lui, mais néan­moins re­cher­ché en per­ma­nence. Dans cette par­tie de l’ex­po­si­tion qui s’ouvre sur un vi­sage dé­ro­bé (Jé­rôme Zon­der), un va-et-vient s’opère entre l’es­pace des fan­tasmes (Claire Tabouret) et ce­lui de la plon­gée dans l’ex­pé­rience (Anne Laure Sacriste) ; l’es­pace confi­né de la chambre (Chantal Akerman) et les affres du po­li­tique (Gilles Stassart) ; les larmes de l’in­di­vi­du (Bas Jan Ader) et la puis­sance conte­nue de la com­mu­nau­té (Florencia Rodriguez Giles). L’ex­pé­rience, tout comme la poé­sie, est le ter­ri­toire par le­quel ce mou­ve­ment de ba­lan­cier peut s’opé­rer, entre être et com­mun. LB

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.