CHAR­LOTTE CHARBONNEL

Art Press - - ARTPRESS 2 -

« Une éponge ré­duite par une opé­ra­tion de pi­lon­nage à une pous­sière de cel­lules, la pous­sière vi­vante for­mée par une mul­ti­tude d’êtres iso­lés se perd dans l’éponge nou­velle qu’elle re­cons­ti­tue. Un frag­ment de si­pho­no­phore est à lui seul un être au­to­nome, tou­te­fois le si­pho­no­phore en­tier, au­quel le frag­ment par­ti­cipe, est lui-même peu dif­fé­rent d’un être pos­sé­dant son uni­té1 » : Le si­pho­no­phore est un or­ga­nisme ma­rin ap­par­te­nant à la fa­mille du planc­ton ani­mal. Sa spé­ci­fi­ci­té est d’être consti­tué de mil­liers d’in­di­vi­dus s’agré­geant en co­lo­nie, pour ne for­mer qu’un seul corps, chaque élé­ment ayant une fonc­tion pré­cise (chasse, re­pro­duc­tion, nour­ri­ture, dé­fense). Char­lotte Charbonnel, fi­dèle à sa pra­tique pui­sant dans les sciences, pro­pose de créer une sculp­ture en verre so­nore re­pre­nant ce prin­cipe co­ral­lien, rhi­zo­ma­tique et ré­ti­cu­laire, étu­dié par Georges Ba­taille. Et ce­la, en étroite cor­ré­la­tion avec cer­taines de ses pièces pré­cé­dentes, no­tam­ment sa Sym­pho­nie

pour orgue (2013), pour la­quelle elle avait créé une struc­ture à par­tir de tubes, tels des si­phons, dans les­quels le son cir­cu­lait. L’in­ter­pré­ta­tion qu’elle réa­lise à La­banque de l’Ex­pé­rience intérieure est ex­trê­me­ment ori­gi­nale, tant elle capte les sou­bas­se­ments géo­lo­giques de cette pen­sée phi­lo­so­phique et poé­tique à la re­cherche d’el­le­même, qu’il s’agisse de l’étude du vent, des mou­ve­ments des êtres sur la Terre, de la mi­né­ra­lo­gie ou de la vol­ca­no­lo­gie. Ce qui in­té­resse l’ar­tiste est la ma­nière dont l’éner­gie se crée, pour en­suite se dif­fu­ser, mais aus­si comment les in­fi­nies par­ti­cules cir­culent dans un en­vi­ron­ne­ment beau­coup plus vaste qu’elles, et créent leur propre par­cours, pour ne pas dire leur propre ré­cit. Il s’agit donc d’une poé­tique du vi­vant, de la lu­mière, de l’atome ou du séisme, cha­cun de ces termes pou­vant être per­çu de ma­nière aus­si concrète que sym­bo­lique. Et c’est dans cette po­ly­sé­mie que ré­side toute la force de la dé­marche.

Dans le cadre de ses re­cherches, Char­lotte Charbonnel s’ins­pire au­tant de la struc­ture in­terne des tour­billons, que des co­lonnes so­nores dans les grottes, ou en­core des glas­shar­mo­ni­cas. Mais aus­si, du cô­té mi­né­ral, de la si­lice ou de la lave, toutes ces ma­tières na­tu­relles à par­tir des­quelles des formes peuvent émer­ger. Ain­si, on ne s’éton­ne­ra pas de dé­cou­vrir, dans la pé­nombre, sa sculp­ture se dé­ployer : un souffle amène le vi­si­teur à écou­ter une sym­pho­nie cris­tal­line, à voir un mas­sif co­ral­lien en verre s’éle­vant tout en trans­pa­rence, après avoir pui­sé sa force dans de dé­li­cats sillons des­si­nés par le vent, sur du sable, au sol. Nous sommes presque face à un mi­rage, image que l’ar­tiste re­ven­dique plei­ne­ment, tout en évo­quant les ful­gu­rites, ces pierres de foudre que l’on peut trou­ver dans le dé­sert en Li­bye, frag­ments de verre na­tu­rel fruits de la ren­contre entre un éclair d’orage et le sol sa­bleux. Dès lors, les formes se des­sinent sous les doigts du

vent ou par l’im­pact violent des élé­ments qui s’en­tre­choquent. Une cris­tal­li­sa­tion, au sens so­lide au­tant qu’amou­reux, se pro­duit entre les ma­té­riaux. Dans le cadre de nos dis­cus­sions, une phrase est res­tée comme un man­tra : « ce qui compte n’est plus l’énon­cé du vent, c’est le vent » : Ba­taille, dé­fen­seur d’une pen­sée non dis­cur­sive – pen­sée du non-sa­voir pui­sant dans l’inconnu – nour­rit l’ex­pé­rience d’un contact di­rect avec les choses et les êtres, sans mé­dia­tion. C’est bien ce qu’il nomme « la com­mu­ni­ca­tion », que l’on peut aus­si lire comme « conta­gions d’éner­gie, de mou­ve­ment, de cha­leur […] comme un cou­rant ou comme une sorte de ruis­sel­le­ment élec­trique2 ».

As­té­risme,

(dé­tail), 2015-17

Ins­tal­la­tion so­nore,

Les Tan­ne­ries, 2017

Am­bro­li­tho­type 2, 2017

Pho­to­gra­phie

Col­lo­dion hu­mide sur verre

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.