Ale­jan­dro Gonzá­lez Iñár­ri­tu

Ale­jan­dro Gonzá­lez Iñár­ri­tu

Art Press - - CONTENTS -

Fon­da­tion Pra­da / 7 juillet 2017 - 15 janvier 2018

Le pro­jet de réa­li­té vir­tuelle in­ti­tu­lé Carne y Are­na est une ins­tal­la­tion im­mer­sive du ci­néaste Ale­jan­dro Gonzá­lez Iñár­ri­tu qui met le par­ti­ci­pant en contact sen­so­riel avec les hor­reurs su­bies par les mi­grants à la fron­tière amé­ri­ca­no-mexi­caine. Le di­rec­teur de la Fon­da­tion, Ger­ma­no Ce­lant, qui a su­per­vi­sé le pro­jet, voit dans la réa­li­té vir­tuelle le lieu d’une pos­sible fu­sion des iden­ti­tés : « Une uni­té psy­cho­phy­sique dans la­quelle, tra­ver­sant le seuil de la réa­li­té, l’hu­main se fond dans l’ima­gi­naire, et vice-ver­sa. » La première salle de l’exposition est une an­ti­chambre gla­cée, imi­tant las hier­las (congé­la­teur) – cel­lules de dé­ten­tion de courte du­rée où sont en­fer­més jus­qu’à deux jours les mi­grants ar­rê­tés en tra­ver­sant la fron­tière amé­ri­ca­no-mexi­caine – et dont les gar­diens baissent la tem­pé­ra­ture à titre de me­nace. Les chaus­sures ré­pan­dues dans l’an­ti­chambre sont celles que les mi­grants ont per­dues du­rant leur marche à tra­vers le dé­sert de So­no­ra. Un avis af­fi­ché au mur in­dique au spec­ta­teur de re­ti­rer ses chaus­sures et d’at­tendre le si­gnal so­nore et le feu cli­gno­tant avant d’en­trer dans l’es­pace sui­vant, une vaste arène cou­verte de sable et flan­quée d’une bar­rière d’acier pré­cé­dem­ment uti­li­sée sur la fron­tière. Des as­sis­tants nous équipent d’un casque de réa­li­té vir­tuelle, d’écou­teurs et d’un sac à dos – l’ex­pé­rience com­mence. D’abord, un pai­sible dé­sert noc­turne, d’un rouge pro­fond à cou­per le souffle, qui s’étend aus­si loin que porte le re­gard. Peu à peu, ils ar­rivent : des mi­grants épui­sés, brû­lés par le so­leil. Par­mi eux, un pe­tit gar­çon et une mère ser­rant contre elle un bé­bé. En se rap­pro­chant d’eux, on dis­tingue l’étrange tex­ture trans­lu­cide de leur peau. Si on les sai­sit, on tombe sur un coeur en train de battre. Ils sont sur le point de s’ins­tal­ler pour la nuit lors­qu’un hé­li­co­ptère fait ir­rup­tion avec un bruit as­sour­dis­sant et un souffle si réa­liste que l’on se jette au sol comme nos ca­ma­rades vir­tuels. Une jeep ar­rive. Des hommes ar­més en des­cendent, poin­tant des pis­to­lets mi­trailleurs et or­don­nant à tout le monde de se mettre à ge­noux. Les images d’ex­té­rieur, d’une beau­té éblouis­sante, prises près de la fron­tière par Em­ma­nuel Lu­bez­ki, col­la­bo­ra­teur d’Iñár­ri­tu sur Bird­man et The Re­ve­nant, font de cette par­tie du trip­tyque une ex­tra­or­di­naire réus­site tech­nique, et une oeuvre d’art bou­le­ver­sante. Mais c’est la der­nière sec­tion qui fait vrai­ment mon­ter les larmes aux yeux : une sé­rie d’es­quisses bio­gra­phiques, éga­le­ment de Lu­bez­ki, pré­sen­tant les vé­ri­tables mi­grants que nous ve­nons de ren­con­trer en réa­li­té vir­tuelle. Voi­ci la jeune mère, qui a fui l’Amé­rique cen­trale après qu’un gang­ster l’a me­na­cée de dé­mem­brer son en­fant, et le pe­tit gar­çon qui ef­fec­tua cette tra­ver­sée à 9 ans et fi­nit di­plô­mé en droit à l’uni­ver­si­té de Los An­geles. Des gens « bien », en quête d’une vie nor­male, loin des « vio­leurs », des « tra­fi­quants de drogue » et des « cri­mi­nels » que dé­crit Trump. L’une des rai­sons pour les­quelles Carne y Are­na est si puis­sante, c’est qu’on peut y al­ler seul – et que la suite re­lève de notre seule dé­ci­sion.

De­nise Wen­del-Po­ray Tra­duit par Laurent Pe­rez

Carne y Are­na est ac­tuel­le­ment pré­sen­tée des deux cô­tés de la fron­tière, au LACMA de Los An­geles et au Cen­tro Cultu­ral Uni­ver­si­ta­rio Tla­te­lol­co de Mexi­co. ——— Ale­jan­dro Gonzá­lez Iñár­ri­tu’s vir­tual rea­li­ty pro­ject Carne y Are­na, is a conscious­ness-rai­sing, im­mer­sive ins­tal­la­tion that brings the par­ti­ci­pant in­to sen­so­rial contact with the hor­rors fa­ced by mi­grants at the Mexi­co-U.S. bor­der. It is now sho­wing at Milan’s Pra­da Foun­da­tion, which pro­du­ced the work to­ge­ther with Le­gen­da­ry En­ter­tain­ment, un­til Ja­nua­ry 2018. Foun­da­tion di­rec­tor Ger­ma­no Ce­lant, who had over­seen the pro­ject from its plan­ning stages, sees in vir­tual rea­li­ty a po­ten­tial fu­sion of iden­ti­ties: “a psy­cho­phy­si­cal uni­ty in which, by cros­sing the thre­shold of the vir­tual, the hu­man strays in­to the ima­gi­na­ry and vice ver­sa.” The first room of the ins­tal­la­tion is an icy an­te­cham­ber, a si­mu­la­tion of las hier­las— the free­zer: short-term hol­ding cells where mi­grants who are ar­res­ted cros­sing the Uni­ted States-Mexi­co bor­der are lo­cked in for up to two days. Guards have been known to threa­ten them with tur­ning down the tem­pe­ra­ture. Shoes scat­te­red around the an­te­cham­ber are those aban­do­ned by mi­grants du­ring their trek through the So­no­ran De­sert; a no­tice on the wall ins­tructs you to take off your shoes and wait for the alarm and fla­shing light before mo­ving to the next room—a large are­na co­ve­red in sand with a steel bar­ri­cade once em­ployed on the U.S.-Mexi­co bor­der. As­sis­tants fit you with a vir­tual-rea­li­ty head­set, head­phones and a back­pack—the ex­pe­rience be­gins. First, a pea­ce­ful night de­sert of brea­th­ta­king deep purple hues as far as the eye can see. Lit­tle by lit­tle they ar­rive: sun­bur­ned, ex­haus­ted mi­grants, among them a lit­tle boy and a mo­ther clut­ching a ti­ny in­fant. If you get close to them you see the strange trans­lucent qua­li­ty of their skin, if you em­brace them you find a bea­ting heart. They’re about to set­tle for the night when a he­li­cop­ter sweeps in with dea­fe­ning blades and wind so rea­lis­tic that you crouch down with your vir­tual com­pa­nions. A jeep ar­rives; ar­med men des­cend poin­ting ma­chine guns and or­der eve­ryone to their knees. This part of the trip­tych with the out­door images of as­toun­ding beau­ty shot near the bor­der by Em­ma­nuel Lu­bez­ki, Iñár­ri­tu’s col­la­bo­ra­tor on Bird­man and The Re­ve­nant, is an overw­hel­ming tech­ni­cal achie­ve­ment and a trans­for­ma­tive art­work. But it is the last sec­tion: a se­ries of bio­gra­phi­cal sketches, al­so shot by Lu­bez­ki, fea­tu­ring the real im­mi­grants whom we’ve just seen in VR that brings tears to your eyes. There is the young mo­ther who fled Cen­tral Ame­ri­ca af­ter a gang mem­ber threa­te­ned to dis­mem­ber her child and the young man who made the cros­sing at nine years of age and went on to earn a law de­gree at UCLA. These are good people sear­ching for nor­mal lives, not Trump’s “ra­pists”, “drug dea­lers” and “cri­mi­nals.” One rea­son why the ex­pe­rience of Carne y Are­na is so potent is that you go it alone and then it’s your de­ci­sion which way to turn next.

De­nise Wen­del-Po­ray

Carne y Are­na is cur­rent­ly on view on both sides of the bor­der: at LACMA in Los An­geles and at Cen­tro Cultu­ral Uni­ver­si­ta­rio Tla­te­lol­co in Mexi­co Ci­ty.

Ale­jan­dro G. Iñár­ri­tu. Fon­da­tion Pra­da, Milan. (Ph. Ugo Dal­la Por­ta)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.