PLA­NÈTE INI­TIA­TIVES. L’an­ti­gas­pi, c’est le cre­do de Cla­risse et ses amis

CLA­RISSE ET SES AS­SO­CIÉS RÉ­CU­PÈRENT LES IN­VEN­DUS DES PE­TITS COM­MER­ÇANTS POUR LES LI­VRER AUX COUCHE-TARD OU AUX LÈVE-TÔT. SUC­CÈS ! UNE IDÉE D’ÉTU­DIANTS.

Avantages - - Sommaire -

Cla­risse, Vir­gile et Tho­mas ont créé une­four­mii­verte.com sur les bancs de l’école en par­tant de deux constats. 1/ Une heure avant la fer­me­ture des pe­tits com­merces, les étals re­gorgent de nour­ri­ture pé­ris­sable = gros gâ­chis. 2/ Se faire li­vrer à man­ger après 22 h, c’est mis­sion im­pos­sible (offre ri­qui­qui, dé­lais d’at­tente su­per­longs…) alors que la de­mande est forte. AN­TI­GAS­PI ET SER­VICE MA­LIN. Pour va­li­der leur der­nière an­née de mas­ter, ils font donc du porte-à-porte chez les bou­lan­gers, les trai­teurs et les pe­tits com­mer­çants, ré­cu­pèrent leurs in­ven­dus et les livrent à vé­lo, dans la nuit, aux fê­tards af­fa­més et aux per­sonnes tra­vaillant en ho­raires dé­ca­lés. Bin­go : les com­mandes af­fluent. Et pour bou­cler la boucle, avant d’al­ler se cou­cher, la start-up fait don de la nour­ri­ture res­tante à des as­so­cia­tions par­te­naires.

C’EST PAR­TI ! Pour le mo­ment, Une Four­mii Verte ne livre que dans quelques ar­ron­dis­se­ments de la ca­pi­tale : « On veut gran­dir à notre rythme pour gar­der le contrôle sur la qua­li­té. Mais notre cam­pagne de fi­nan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif a dé­pas­sé nos ob­jec­tifs. Nous al­lons pou­voir chan­ger de bu­reaux et dé­ve­lop­per nos moyens lo­gis­tiques. »

une­four­mii­verte.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.