A une en­ca­blure de la Si­cile, Malte égrène son cha­pe­let d’îles en or

À UN JET DE CO­QUILLAGES DE LA SI­CILE, MALTE DÉ­PLOIE UN CHA­PE­LET D’ÎLES EN MÉ­DI­TER­RA­NÉE QUI CONJUGUENT SO­LEIL, GOUR­MAN­DISES ET MER­VEILLES HIS­TO­RIQUES.

Avantages - - SOMMAIRE - par FRAN­ÇOISE FEUILLET

Une mer qui prend des teintes ca­raïbes ou se pare d’un bleu si pro­fond que l’on ne peut en dis­tin­guer le fond. Une vé­gé­ta­tion rare et un so­leil qui se fait écra­sant dès le dé­but de l’été. Des to­mates juteuses, gor­gées de so­leil, dont on tire une puis­sante et dé­li­cieuse pâte à tar­ti­ner pour l’apé­ro. Po­sées au large de la Si­cile, ces îles de Mé­di­ter­ra­née – qui pour­raient nous sem­bler fa­mi­lières – sont par­fai­te­ment ori­gi­nales. La pre­mière chose qui frappe, c’est le verbe. Le mal­tais a ce­ci de par­ti­cu­lier que l’on en re­con­naît cer­tains mots, mais ab­so­lu­ment pas le sens. Cette langue, qui mêle gram­maire arabe sur des so­no­ri­tés la­tines, est to­ta­le­ment dé­pay­sante. Pour fi­nir de nous déso­rien­ter, on y roule à gauche et tout le monde y parle un an­glais par­fait, se­conde langue du pays.

D’or et de bleu, La Va­lette

Des églises par­tout, des saints et des vierges à chaque coin de rue… Il n’y a pas de doute, La Va­lette, pro­mue cette an­née Ca­pi­tale eu­ro­péenne de la cul­ture, garde l’em­preinte d’un ordre re­li­gieux. Les moines che­va­liers, qui avaient dû quit­ter Rhodes au XVIe siècle, se sont vu of­frir ce caillou en Mé­di­ter­ra­née et y ont construit une ville for­te­resse d’une grande mo­der­ni­té pour l’époque, La Va­lette. Des rues per­pen­di­cu­laires, plus ou moins étroites, des fa­çades sobres, agré­men­tées de-ci de-là de fe­nêtres ba­leines, dont l’ar­ron­di des bar­reaux per­met­tait à la mai­son­née d’ob­ser­ver la rue sans risque. La ci­té a beau mon­trer un vi­sage aus­tère, elle ne peut s’em­pê­cher de s’em­bra­ser lorsque sa pierre cal­caire est af­fleu­rée par les rayons du so­leil. Une ville d’or s’offre alors. Et des tré­sors, il y en a des cen­taines au dé­tour de ses rues. Le pre­mier, et le plus spec­ta­cu­laire, est sans doute la Co-Ca­thé­drale Saint-Jean. Sa fa­çade sé­vère cache des mer­veilles ba­roques, des rouges et des ors, du marbre et un Ca­ra­vage ! Le se­cond, à cou­per le souffle, est sans conteste la rade des Trois Ci­tés. D’un ba­teau tra­di­tion­nel, ou d’un fer­ry do­du, on s’en prend plein les yeux : rem­parts, jar­dins sus­pen­dus (Up­per Bar­rak­ka), for­te­resse… Le dé­cor qui claque entre ciel et mer nous trans­porte dans une autre époque. D’ailleurs, nombre de films his­to­riques ou de sé­ries sont tour­nés ici : Game of Th­rones y a même son cir­cuit tou­ris­tique.

Malte, ver­sion mi­né­rale

Une route étroite, des fa­laises plon­geant dans une mer d’un bleu pro­fond quelque 250 m plus bas, des mu­rets de pierres… Au vo­lant d’une voi­ture, on n’en mène pas large sur les Din­gli Cliffs, au sud-ouest de l’île, mais la vue est spec­ta­cu­laire et vaut vrai­ment le dé­tour. Un peu plus loin, on pour­ra re­joindre la grotte

bleue ; le vil­lage de pê­cheurs de Mar­sax­lokk, très ani­mé le di­manche. On peut éga­le­ment fi­ler au nord-ouest sur la plage de Gha­jn Tuf­fie­ha (en mal­tais, la pru­nelle de ses yeux), une belle et rare éten­due de sable blond.

LA VILLE NOBLE. À l’in­té­rieur des terres, pas­sés les rem­parts de Mdi­na, ce sont des ruelles étroites, de lourdes portes, des murs hauts… et puis la ca­thé­drale, l’autre, celle qui fait le pen­dant à Saint-Jean de La Va­lette. On ap­pelle Mdi­na la Ville du si­lence, comme si, en ayant per­du son sta­tut de ca­pi­tale, elle avait re­fer­mé les portes de ses pa­lais pa­tri­ciens et lais­sé à ses des­cen­dants l’in­ti­mi­té d’une ci­té aban­don­née. Pour en avoir une idée, on vi­site le Pa­laz­zo Fal­zon (10 €), l’une des rares de­meures aris­to­cra­tiques ou­vertes au pu­blic. Puis on va sa­vou­rer un dé­li­cieux gâ­teau ou un pas­tizz à la Fon­ta­nel­la, un sa­lon de thé avec ter­rasses et vue à 180° (Bas­tion Street).

LA VA­LETTE PRA­TIQUE

PAUSES GOUR­MANDES. On ne rate pas les pas­tiz­zi, feuille­tés à la ri­cot­ta ou aux pe­tits pois, à dé­gus­ter en flâ­nant. En­vie d’un plat ty­pique et ro­bo­ra­tif : on s’offre une fti­ra (sorte de piz­za) chez Ta Ne­nu (143 St Do­mi­nic Street, ne­nu­the­ba­ker.com).

Mais pour de la cui­sine mo­derne, sa­vou­reuse et ori­gi­nale, on ré­serve chez No­ni (211 Re­pu­blic Street, no­ni.com.mt). LA VI­SITE FUN. À bord d’une voi­ture élec­trique par­lante, on se laisse gui­der. Points de vue, his­toire, pauses-ca­fé et sel­fies, le GPS nous mène à l’as­saut des Trois Ci­tés. Rol­ling Geeks, 75 € les 2 h 30 pour 4, port de Bir­gu, rol­ling-geeks.com L’AT­TRAC­TION GEEK. Un che­va­lier en 3D nous fonce des­sus dans la re­cons­ti­tu­tion du siège de 1565 ; on prend son en­vol avec le fau­con mal­tais pour dé­cou­vrir les sites pré­his­to­riques et les mer­veilles de l’île… Le spec­tacle nu­mé­rique donne une bonne idée des choses à al­ler voir. Mal­ta 5D, 9 € et 6 € pour les moins de 14 ans, 7 Old Bakery Street.

LA PAUSE CUL­TURE. Le Mu­za, le nou­veau mu­sée, qui a in­ves­ti et en­tiè­re­ment res­tau­ré l’Auberge d’Ita­lie (siège des che­va­liers ita­liens du XVIe siècle), pro­pose une ex­pé­rience cultu­relle nou­velle. On peut le tra­ver­ser, pi­co­rer ou s’im­mer­ger dans l’art. Ou­ver­ture pré­vue cou­rant juin alors que la sai­son cultu­relle va battre son plein tout l’été. mu­za.he­ri­ta­ge­mal­ta.org et l’agenda du pro­gramme cultu­rel sur la­va­lette2018.fr OÙ DOR­MIR ? Au coeur de la vieille ville, pa­ra­doxa­le­ment, c’est ici que les nuits sont plus calmes. Le 66 Saint Paul’s est un bou­tique hôtel ins­tal­lé dans une vieille de­meure de La Va­lette. Murs blonds, pa­tio in­té­rieur, pe­tite pis­cine et vue sur le port pour les chambres des étages les plus éle­vés. A par­tir de 145 € la ch. double, pe­tits dŽj. com­pris. 66saint­pauls­mal­ta.com

Go­zo, l’île éco­lo

Lorsque l’on em­barque sur le fer­ry pour l’île de Go­zo, on suit le flot de Mal­tais qui s’égayent pres­te­ment sur le ba­teau. Ce n’est que quelques mi­nutes plus tard que l’on se rend compte que l’on n’a pas payé notre pas­sage. Ce­la se fe­ra au re­tour, pour une mo­dique somme. Go­zo est, dit-on, le po­ta­ger de Malte, et à voir les fermes qui ponc­tuent son doux pay­sage et pro­posent à la vente de dé­li­cieuses confi­tures, une pâte de to­mates au goût puis­sant, de l’huile d’olive et du miel, on res­te­rait bien dans ce pa­ra­dis gour­mand. Il y a aus­si de belles ran­don­nées à faire pour ceux qui passent quelques jours sur l’île. Pour les autres, il n’y a pas une mi­nute à perdre. La ci­ta­delle Vic­to­ria, qui do­mine la plaine, vaut le dé­tour pour sa vue. En route vers les mys­té­rieux temples mé­ga­li­thiques de Ggan­ti­ja, on longe des sa­lines, le sel de Go­zo est ré­pu­té. La pe­tite in­cur­sion dans les temps pré­his­to­riques dé­lie l’ima­gi­na­tion, on reste rê­veur de­vant la fi­nesse des ob­jets re­trou­vés sur ces sites ex­cep­tion­nels. Avant d’al­ler plon­ger dans les eaux tur­quoises de Co­mi­no, à 10 min en Fer­ry de Go­zo…

PRA­TIQUE

FER­RY. Pour Go­zo, 4,65 €, go­zo­chan­nel.com Pour Co­mi­no et son la­gon, 10 €, co­mi­no­fer­ry­ser­vice.com IL EST FRAIS MON POIS­SON. Chez Ta’ Phi­lip, on est sûr de la qua­li­té de son as­siette, à Mgaar, non loin du fer­ry. ta­phi­lip.com

EM­PLETTES. On s’ar­rête en bord de route chez Ta’ Me­na. La pe­tite ba­raque ne paye pas de mine mais on y trouve la dé­li­cieuse Kun­ser­va Hel­wa

(pâte de to­mates ma­tu­rées au so­leil) et d’autres bo­caux gour­mands. ta­me­na-go­zo.com OÙ DOR­MIR ? The Duke, un hôtel avec vue sur la ci­ta­delle de Vic­to­ria, ou­vert de­puis un an. A par­tir de 85 €, Re­pu­blic Street, Go­zo. the­du­ke­ho­tel­go­zo.com Y AL­LER. Air Mal­ta pro­pose des vols di­rects de Pa­ris-Or­ly vers Malte, à par­tir de 98 € l’AR. air­mal­ta.com

À LIRE. Le très com­plet et tout ré­cent Géo Guide Malte, 15,50 €. EN SA­VOIR PLUS. vi­sit­mal­ta.com/fr

Des cultures, de bons vins et de dé­li­cieuses to­mates

La pru­nelle de ses yeux, une plage de sable blond et mer... veilleuse

Les es­ca­liers de La Va­lette, in­ves­tis par les ca­fés et bars lounge

Le la­gon bleu de Co­mi­no, comme les eaux ca­raïbes

Pro­fon­dé­ment ca­tho­lique, Malte four­mille de chefs-d’oeuvre re­li­gieux

Vic­to­ria, une ci­ta­delle im­pre­nable

Emou­vantes, les ruines pré­his­to­riques de Ggan­ti­ja

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.