Mor­zine

Big Bike Magazine - - TRIP -

OU­VER­TURE DU 10 JUIN AU 3 SEP­TEMBRE 2017 DE 9H À 17H DE 1000 À 1560 M AU COEUR DES PORTES DU SO­LEIL, MOR­ZINE FAIT PAR­TIE DES DO­MAINES IN­CON­TOUR­NABLES EN FRANCE, AVEC UN TER­RAIN NA­TU­REL EX­CEP­TION­NEL POUR LE RIDE AIN­SI QU’UNE STA­TION DY­NA­MIQUE ET ANI­MÉE DE JOUR COMME DE NUIT. LA NOU­VELLE CA­BINE SUR LE SEC­TEUR DE PLENEY EST CONFOR­TABLE, MAIS SUR­TOUT HY­PER RA­PIDE, DE QUOI EN­CHAέNER LES RUNS COMME QUI RI­GOLE JUS­QU’À CE QUE LES FREINS CRAMENT. Amis de la bonne terre, des sous-bois, de la pente et des ra­cines, vous êtes ici chez vous ! On note éga­le­ment de gros ef­forts de shape sur le haut de Su­per­mor­zine, plus lisse quant à lui. Mor­zine a for­gé ses lettres de no­blesse grâce au dy­na­misme des lo­caux (an­glais pour la plu­part) qui ont trou­vé un ter­rain de jeu brut ex­cep­tion­nel et l’ont re­taillé comme un dia­mant. C’est beau non ? À par­tir d’une piste de DH du cô­té du Pleney, les ri­deurs ont sha­pé mille va­riantes dans la pente et les ra­cines, des trails ma­gni­fiques qui vont vous ap­prendre à re­gar­der loin et à do­ser vos frei­nages… Il y a deux ans, ce sec­teur n’a pas été ou­vert, car la ca­bine a été rem­pla­cée et la sai­son der­nière, nous avons eu l’heu­reuse sur­prise de re­trou­ver la DH per­ma­nente du Pleney re­sha­pée. Bien lisse, avec de beaux re­le­vés, du flow et de la vi­tesse, cette DH convien­dra à un très large pa­nel de ri­deurs. On ne peut que conseiller à ceux qui ont be­soin d’éva­sion de re­gar­der sur les cô­tés, une mul­ti­tude de tra­cés part tous azi­muts, et il n’y en a pas un qui soit mau­vais. Par contre, pré­voyez de pas­ser dans du bon raide, au mi­lieu de ra­cines ou dans des dé­vers, c’est tech­nique, mais que c’est bon. À évi­ter les jours de pluie ou de gras si vous n’êtes pas sûr de vous. De l’autre cô­té, sur Su­per­mor­zine, vous ac­cé­dez à un ré­seau de pistes très bien sha­pées, bien lisses sur le haut avec beau­coup de re­le­vés et un flow gé­né­ral vrai­ment bon. On y trouve une piste bleue, une rouge et une noire, cette der­nière étant as­sez aé­rienne (avec no­tam­ment une bonne grosse table sur la fin), mais où le rythme est moins évident à trou­ver que chez ses pe­tites soeurs. Sur le bas, si vous par­tez à droite du gap de la rouge, vous dé­bar­quez dans une noire hy­per sym­pa, qui de­mande un peu de tech­nique pour être bien rou­lée et pour don­ner tout son flow, mais qui reste ac­ces­sible. Les pas­sages de ra­cines s’en­chaînent, cer taines sec­tions sont bien dans la pente et l’on trouve quelques bonnes doubles qui passent bien, mal­gré le fait qu’elles puissent être im­pres­sion­nantes de prime abord. Ici aus­si, vous pou­vez trou­ver bon nombre de va­riantes tra­cées par de vils An­glais ou par les pas­sages suc­ces­sifs des ri­deurs, de toute ma­nière tout ce sous-bois est une pe­tite mer­veille, avec de la bonne terre et des ma­te­las d’épingles de sa­pins bien­ve­nus. Une fois que les bras et les freins n’en peuvent plus (c’est ré­cur­rent à Mor­zine, le ride est plu­tôt phy­sique…), le vil­lage de Mor­zine vous ac­cueille à bras ou­verts avec des snacks, des bars, des res­taus et autres boîtes de nuit. Ça vit de nuit et de jour, hy­per agréable quand on vient pour un sé­jour d’une se­maine, ou pour un bon week-end d’éner­vés… On ne sau­rait trop vous conseiller un pe­tit tour dans le bar Chez Ro­ger, dont le pa­tron (Ro­ger donc…) est une fi­gure em­blé­ma­tique du MTB dans l’Hexa­gone. San­té !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.