Hors de la ma­ter­ni­té, point de sa­lut ?

Causette - - POLITI UE -

Re­cep Tayyip Er­do­gan aime les femmes. Au foyer, s’en­tend. Et il ne manque pas de le faire sa­voir. « Une femme qui re­jette la ma­ter­ni­té […] quand bien même elle réus­sit sa vie pro­fes­sion­nelle est in­com­plète, in­ache­vée », a dé­cla­ré le pré­sident turc le 5 juin, ex­hor­tant une fois en­core ses conci­toyennes à « avoir au moins trois en­fants ». Quelques jours plus tôt, l’homme fort du pays, qui rêve de voir la dé­mo­gra­phie turque ex­plo­ser pour re­prendre du ter­rain sur celle des Kurdes, avait dé­jà ap­pe­lé les fa­milles mu­sul­manes à ban­nir la contraception. Une vé­ri­table ob­ses­sion ! Convain­cu que « la femme est avant tout une mère », cet is­la­mo-conser­va­teur ne cesse de mul­ti­plier les at­taques contre l’avor­te­ment (« un crime contre l’hu­ma­ni­té »), l’éga­li­té hommes-femmes (« contre na­ture ») ou le plan­ning fa­mi­lial ( « une tra­hi­son »)…

« Chaque fois qu’il est coin­cé sur un su­jet po­li­tique – comme les dé­tour­ne­ments de fonds, la ques­tion kurde ou l’état de la jus­tice –, il s’en prend aux femmes. Les fé­mi­nistes ré­agissent, l’opi­nion pu­blique aus­si. Ce­la sus­cite de gros dé­bats, et pen­dant ce temps-là on ne s’oc­cupe pas des vrais pro­blèmes », ob­serve, de­puis Pa­ris, Zey­nep Say­gi, mé­dia­trice au sein de l’As­sem­blée ci­toyenne des ori­gi­naires de Tur­quie. Une tech­nique de di­ver­sion bien ro­dée, dou­blée d’un vrai pro­jet po­li­tique. En 2011, le gou­ver­ne­ment d’Er­do­gan a ain­si rem­pla­cé le mi­nis­tère des Droits de la femme par le mi­nis­tère de la Fa­mille et des Af­faires so­ciales. Un an plus tard, il a ten­té de res­treindre le dé­lai lé­gal d’avor­te­ment – en vain. Dé­sor­mais, la pi­lule du len­de­main n’est plus rem­bour­sée et nombre de centres de plan­ning fa­mi­lial ont été fer­més. « Même si l’avor­te­ment reste lé­gal, on trouve de moins en moins d’hô­pi­taux qui le pra­tiquent », constate éga­le­ment Zey­nep Say­gi. Quant au gou­ver­ne­ment, il ne compte au­jourd’hui qu’une seule femme… au mi­nis­tère de la Fa­mille, bien sûr ! Bien­tôt fi­ni, l’af­fi­chage en 4 × 3 de tous ces corps re­tou­chés qui nous filent des com­plexes à la pelle ? C’est en tout cas le sou­hait de Sa­diq Khan, le nou­veau maire de la ca­pi­tale bri­tan­nique. Fi­dèle à sa pro­messe de cam­pagne, l’élu tra­vailliste a dé­ci­dé de ban­nir des trans­ports pu­blics lon­do­niens toutes les pu­bli­ci­tés pou­vant « être rai­son­na­ble­ment per­çues comme sus­cep­tibles d’exer­cer une pres­sion à se confor­mer à des corps ir­réa­listes ou dan­ge­reux, ou sus­cep­tibles de créer des pro­blèmes d’image cor­po­relle ». Une me­sure mise en place dès le mois de juillet, qui concer­ne­ra quelque 12 000 pan­neaux pu­bli­ci­taires. À quand une telle ini­tia­tive en France ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.