Le front com­mun des femmes face au Par­le­ment

Causette - - POLITIQUE -

Trop, c’est trop ! Quan­ti­tés né­gli­geables de la po­li­tique turque, les femmes du pays se sont mo­bi­li­sées pour dire leur ef­froi de­vant un pro­jet de loi des élus du Par­ti de la jus­tice et du dé­ve­lop­pe­ment (AKP), le par­ti is­la­mo­con­ser­va­teur au pou­voir. Pré­sen­té au Par­le­ment le 17 no­vembre, en douce, juste avant mi­nuit, avec le consen­te­ment du pré­sident Erdogan, ce texte pré­voyait de le­ver les condam­na­tions pour abus sexuels sur mi­neure dans le cas où l’agres­seur épou­se­rait sa vic­time. Pour ses au­teurs, il s’agis­sait de don­ner un ver­nis lé­gal à la tra­di­tion des ma­riages pré­coces. Mais pour les or­ga­ni­sa­tions fé­mi­nines, cette pro­po­si­tion re­vient tout sim­ple­ment à lé­gi­ti­mer le viol sur mi­neure. Fait rare dans une so­cié­té dé­chi­rée entre laïques et re­li­gieux, des femmes de tous bords po­li­tiques se sont unies pour blo­quer ce texte, avec suc­cès. La très conser­va­trice et in­fluente As­so­cia­tion des femmes et de la dé­mo­cra­tie (Ka­dem), dont la vice-pré­si­dente, Sü­meyye Erdogan Bay­rak­tar, est la ca­dette du pré­sident Erdogan, a ap­por­té son ap­pui dé­ci­sif au mou­ve­ment. Si les Turques sa­vourent une vic­toire – le pro­jet de loi a été re­ti­ré le 22 no­vembre –, celle-ci pour­rait être de courte du­rée. Le texte doit être pré­sen­té à nou­veau au Par­le­ment en jan­vier, « une fois qu’un consen­sus au­ra été trou­vé », a fait sa­voir le Pre­mier mi­nistre, Bi­na­li Yil­di­rim. Rien n’est ga­gné, donc, dans un hé­mi­cycle do­mi­né par l’AKP et où les dé­pu­tées n’oc­cupent que 15 % des sièges. Si l’éga­li­té hommes-femmes est ga­ran­tie par la Cons­ti­tu­tion turque, celle-ci est bat­tue en brèche par le pré­sident Erdogan, dont le par­ti n’a ces­sé de s’at­ta­quer aux droits des femmes de­puis son ar­ri­vée au pou­voir (voir Cau­sette #69). Dans ce cli­mat obs­cur, la « loi contre le viol » a eu le mé­rite de ré­veiller une ré­sis­tance fé­mi­nine qui a pris conscience de sa ­puis­sance. Leur nombre n’a ces­sé d’aug­men­ter entre 2000 et 2013. Re­trai­tées, im­mi­grées, mères iso­lées… l’an­née der­nière, 54 % des bé­né­fi­ciaires du Se­cours ca­tho­lique étaient des femmes, ré­vèle l’as­so­cia­tion dans son 34e rap­port an­nuel. Si les hommes sont plu­tôt confron­tés au chô­mage ou à l’ex­clu­sion du mar­ché de l’em­ploi, les femmes, elles, doivent da­van­tage faire face « à des em­plois pré­caires, peu ré­mu­né­ra­teurs, ou à des pen­sions de re­traite trop faibles ». L’oc­ca­sion de rap­pe­ler qu’en France, le tra­vailleur pauvre est bien sou­vent… une tra­vailleuse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.