Les femmes d’à cô­té

Causette - - POLITIQUE -

Un pe­tit ru­ban blanc ac­cro­ché à leurs te­nues de ga­la lors de la cé­ré­mo­nie des Cé­sar, un ap­pel aux dons por­té par une cen­taine d’ar­tistes fran­çaises pour fi­nan­cer les as­so­cia­tions d’aide aux femmes vic­times de vio­lences, une tri­bune pour l’éta­blis­se­ment de quo­tas de femmes dans le fi­nan­ce­ment du ci­né­ma fran­çais… Pour l’ins­tant, la France joue pe­tit bras com­pa­ré aux ini­tia­tives prises dans le monde en­tier par l’in­dus­trie du ci­né­ma. Dans la li­gnée de l’ac­tion Time’s Up, ini­tiée par 300 per­son­na­li­tés d’Hol­ly­wood, Londres et Ber­lin ont ri­va­li­sé d’in­gé­nio­si­té pour cla­quer le clap de fin de l’im­pu­ni­té des pré­da­teurs sexuels.

Mi-fé­vrier, en Grande-Bre­tagne, 200 femmes du monde du spec­tacle ont in­ter­pel­lé les Baf­ta, équi­valent bri­tan­nique des Cé­sar, pour lan­cer une cam­pagne de pré­ven­tion contre le har­cè­le­ment sexuel. L’ac­trice Em­ma Wat­son a an­non­cé une as­so­cia­tion entre les Baf­ta, le Bri­tish Film Ins­ti­tute et le syn­di­cat des ar­tistes pour mettre en place un plan d’ac­tion. Ce der­nier pré­voit l’ou­ver­ture d’une ligne d’écoute pour les vic­times ain­si que la pré­sence, sur chaque tour­nage, d’une femme et d’un homme char­gés de veiller à l’éga­li­té et de lut­ter contre le har­cè­le­ment. Et im­pos­sible d’y dé­ro­ger, les films qui ne joue­ront pas le jeu ne pour­ront do­ré­na­vant pré­tendre à un fi­nan­ce­ment ni re­ce­voir un prix !

Fin dé­cembre,

Au même mo­ment, en Al­le­magne, le fes­ti­val de ci­né­ma la Ber­li­nale ras­sem­blait une cen­taine de pro­fes­sion­nel·les pour dé­battre de l’éga­li­té des genres dans la ré­par­ti­tion des aides pu­bliques. À cette oc­ca­sion, la di­rec­trice de l’Ins­ti­tut sué­dois du film, An­na Ser­ner, a van­té les mé­rites du mo­dèle made in Suède : là-bas, les aides pu­bliques sont dis­tri­buées de fa­çon éga­li­taire entre réa­li­sa­teurs et réa­li­sa­trices. Et de­puis mars, les so­cié­tés qui sol­li­citent ces aides doivent faire suivre à leurs di­ri­geant·es et à leurs em­ployé·es une for­ma­tion d’un jour sur le har­cè­le­ment.

Un bel exemple de sy­ner­gie entre pu­blic, pri­vé et so­cié­té ci­vile, qui pour­rait ins­pi­rer le Fes­ti­val de Cannes ? « Nous ré­flé­chis­sons à la bonne dis­tance à prendre face à la tour­mente ac­tuelle, dans nos pra­tiques et celles des fes­ti­va­liers, dé­clare Thier­ry Fré­maux, le dé­lé­gué gé­né­ral. Nos quatre ju­rys sont dé­jà pa­ri­taires, et nous al­lons ren­for­cer le pro­gramme Wo­men in Mo­tion, que nous me­nons de­puis trois ans avec Ke­ring* sur la place des femmes dans l’in­dus­trie du ci­né­ma. » Quant à ac­cueillir des ini­tia­tives pri­vées ou as­so­cia­tives au su­jet du har­cè­le­ment ? « Nous y pen­sons, et pas seule­ment en ma­tière de ci­né­ma. Nous don­ne­rons les dé­tails lors de la ré­vé­la­tion de la sé­lec­tion of­fi­cielle, le 12 avril. »

trois femmes ont de­man­dé au Con­grès amé­ri­cain d’ou­vrir une en­quête pour des faits d’agres­sions sexuelles im­pli­quant Do­nald Trump. Mes­sage re­çu : quand, le 30 jan­vier, le pré­sident s’est poin­té au Con­grès, il s’est re­trou­vé face à un groupe de dé­mo­crates, toutes de noir vê­tues. Sur leur veste : un pin’s rouge en hom­mage à Re­cy Tay­lor. En 1944, cette jeune Afro-Amé­ri­caine a été vic­time d’un viol col­lec­tif alors qu’elle ren­trait chez elle. Un crime ra­ciste res­té im­pu­ni…

UU

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.