Daech et la harde sau­vage

Causeur - - Sommaire N° 46 – Mai 2017 - Par Ke­vin Er­ke­le­tyan

« Irak : trois dji­ha­distes de Daech mas­sa­crés par des san­gliers. » L’ar­ticle pu­blié le 25 avril par le très sé­rieux quo­ti­dien bri­tan­nique The Dai­ly Te­le­graph avait tout de l’in­fo en or. Non seule­ment nos en­ne­mis y pre­naient la pâ­tée, mais cette dé­faite hu­mi­liante leur était in­fli­gée par des porcs. Ce scoop, qui a fait ins­tan­ta­né­ment les choux gras de la presse mon­diale, avait vrai­ment tout pour plaire. Sauf qu’il était to­ta­le­ment bi­don.

L’ar­ticle du Dai­ly Te­le­graph four­millait pour­tant de dé­tails cré­dibles, la fa­meuse règle an­glo-saxonne des « cinq W » (who, what, where, when, why) ayant été res­pec­tée au cor­deau par Raf San­chez, le correspondant du jour­nal en Irak. En ré­su­mé, ex­pli­quait-il, les ca­davres de trois dji­ha­distes « atro­ce­ment mu­ti­lés » ve­naient d’être dé­cou­verts la se­maine pré­cé­dente près d’al Ra­shad, au sud de Kir­kouk, par des ré­fu­giés fuyant une en­clave is­la­miste. Après en­quête des au­to­ri­tés, il est ap­pa­ru que les mi­li­ciens en charge d’une ex­ploi­ta­tion agri­cole de Daech avaient com­men­cé à ti­rer sur les quelques bes­tiaux im­pies qui s’ébrouaient dans leurs champs. Mais à peine avaient-il com­men­cé leur be­sogne qu’ils ont été sau­va­ge­ment at­ta­qués en re­tour par le reste de la harde, avec le bi­lan qu’on sait. L’af­faire, d’abord rap­por­tée par l’agence de presse Ira­qi News, a été for­mel­le­ment confir­mée au correspondant du Te­le­graph par le chef des ser­vices de ren­sei­gne­ments des pesh­mer­ga kurdes dans le sec­teur.

Hé­las pour le journaliste du Te­le­graph, elle s’est fi­na­le­ment ré­vé­lée avoir été in­ven­tée du tout au tout par des spé­cia­listes ira­kiens de la guerre psy­cho­lo­gique. Comme toute « fake news » de qua­li­té, l’his­toire avait été for­gée au­tour d’un fait réel : la dif­fi­cile co­exis­tence entre dji­ha­distes et san­gliers dans le sec­teur d’al Ra­shad. Il suf­fi­sait juste de l’amé­lio­rer un peu, pour en­thou­sias­mer une presse ira­kienne dont on sait qu’elle avale n’im­porte quoi du mo­ment qu’on ri­di­cu­lise Daech. Le suc­cès mon­dial de ce bo­bard prouve que les lec­teurs ira­kiens n’ont pas le mo­no­pole de la naï­ve­té. N’al­lez pas croire que je me moque gra­tui­te­ment : pour tout vous dire, moi aus­si, au dé­but, j’y ai cru… •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.