La post-vé­ri­té sort de la bouche des en­fants

Causeur - - Sommaire N° 46 – Mai 2017 - Par Kaou­tar Segh­rouch­ni Idris­si

L’ob­ser­va­toire des in­éga­li­tés est une as­so­cia­tion de bonne ré­pu­ta­tion, par­te­naire entre autres de la fon­da­tion Ab­bé Pierre et d’al­ter­na­tives éco­no­miques. Ses études font sou­vent au­to­ri­té dans les mé­dias. Mais l’ob­ser­va­toire ne fait pas qu’ob­ser­ver, il s’en­gage aus­si. Ain­si vient-il de lan­cer une campagne de sen­si­bi­li­sa­tion en fa­veur de la dis­cri­mi­na­tion po­si­tive. Jusque-là, rien de très anor­mal, hé­las, tant cette pa­na­cée est de­ve­nue uni­ver­selle à gauche. Ce qui est fran­che­ment gê­nant, c’est le biais choi­si pour vendre cette pseu­do-évi­dence : s’adres­ser aux en­fants, avec des en­fants. Sur la vi­déo de l’as­so, réa­li­sée par l’agence He­re­zie, on voit un groupe de ga­mins de 8-10 ans s’ap­prê­tant à en­ta­mer une par­tie de Mo­no­po­ly. Sauf que les règles ont été chan­gées pour ré­vé­ler l’hor­reur d’un monde de dis­cri­mi­na­tions : l’adulte qui les en­cadre confère des condi­tions de dé­part in­éga­li­taires aux en­fants. Toutes les in­éga­li­tés sont en­vi­sa­gées. Par exemple, cer­tains (des « Gau­lois ») ob­tiennent 1 500 eu­ros de mise de dé­part, quand d’autres (des « is­sus de ») doivent se conten­ter de 750 eu­ros. De la même ma­nière, cha­cun ne re­çoit pas la même somme en pas­sant par la case dé­part : 200 eu­ros pour les gar­çons, 150 eu­ros pour les filles. Un en­fant (en­core un « de souche », vous l’au­rez de­vi­né) dé­marre en étant d’em­blée pro­prio de trois rues et deux mai­sons, quand d’autres n’ont que leurs doigts pour comp­ter. Pour cou­ron­ner le tout, avant même le dé­but de la par­tie, un en­fant noir est som­mé par l’or­ga­ni­sa­teur de se rendre di­rec­te­ment à la case pri­son lors­qu’un autre – blanc de chez blanc – re­çoit une carte d’im­mu­ni­té le met­tant à l’abri de toute pour­suite ju­di­ciaire. Bien sûr les en­fants ac­teurs sont fu­rieux de cet amon­cel­le­ment dis­cri­mi­na­toire. Et j’ima­gine que tous les vrais ga­mins à qui on mon­tre­ra ce clip de pro­pa­gande le se­ront tout au­tant. Ob­jec­tif at­teint. Quant à la mo­rale qu’il faut ti­rer de cette comp­tine mo­derne, elle est mul­tiple. Les pes­si­mistes rap­pel­le­ront que l’em­bri­ga­de­ment des en­fants est un des ob­jec­tifs prio­ri­taires de toutes les idéo­lo­gies to­ta­li­taires, et qu’en gé­né­ral ça marche. Les op­ti­mistes sou­li­gne­ront qu’on tient en­fin la preuve que le dis­cours vic­ti­maire do­mi­nant chez nos so­cio­logues pour­rait avoir été conçu par un en­fant de 8 ans… •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.